GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Septembre
Jeudi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    La Cour suprême britannique juge que la suspension du Parlement décidée par le Premier ministre Boris Johnson est «illégale»
    Dernières infos
    France

    France: ouverture du procès du jihadiste breton arrêté au Mali

    media Le français Gilles le Guen, alias Abdeljalil al Faransi, encourt dix ans de prison pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. Capture d'écran/sahara médias

    Gilles Le Guen, 60 ans, comparaît ce lundi 4 mai pour «association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste», devant la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Il avait été arrêté au Mali en avril 2013 par les forces spéciales françaises.

    « C'est un paumé qui devient jihadiste ». C'est de cette façon que le ministre français de la Défense Jean-Yves le Drian décrivait Gilles Le Guen au moment de son arrestation, en avril 2013. L'homme avait été appréhendé au Mali, dans la région de Tombouctou et est suspecté d'avoir combattu dans des groupes jihadistes.

    C'est le procès d'un marginal au parcours énigmatique qui s'ouvre aujourd'hui. Ce que l'on sait en tout cas, c'est qu'il a un lien avec Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique. Fin 2012, il apparaissait dans une vidéo devant un fond noir portant le sigle du groupe terroriste. Il y mettait en garde les présidents français et américains contre une intervention militaire au Mali.

    Prisonnier d'Aqmi, puis des forces françaises

    Un mois plus tard, pourtant, c'est ce même groupe terroriste qui le faisait prisonnier quelques jours. Les raisons ne sont pas encore très claires. Certaines sources disent que des membres d'Aqmi le soupçonnaient d'être un espion. Pour d'autres, il a été arrêté car il se serait interposé pour empêcher des jihadistes de violenter des femmes. Son degré d'implication dans l'organisation reste donc encore flou.

    Cinq mois plus tard, en avril 2013, il est une nouvelle fois arrêté, mais par les forces spéciales françaises. C'est ainsi qu'il devient la première personne à être poursuivie en vertu d'une loi qui vient alors d'être votée. Cette loi permet d'engager des poursuites contre des Français soupçonnés d'avoir participé à des actes terroristes à l'étranger ou d'être partis s'y entraîner. Pour cela, Gilles Le Guen encourt dix ans de prison.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.