GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Violences policières à Calais: des migrants témoignent

    media La publication d'une vidéo où des policiers s'en prennent violemment à des migrants questionne les méthodes des forces de l'ordre à Calais. AFP PHOTO PHILIPPE HUGUEN

    A Calais, les forces de l'ordre font-elles subir des violences aux migrants ? Une enquête a été ouverte par l'IGPN après la publication d'une vidéo sur laquelle on peut voir des policiers s'en prendre violemment à des migrants. Des migrants qui assurent que ce type d'intervention arrive quotidiennement.

    Avec notre envoyée spéciale à CalaisAlice Pozycki

    Dans la file d'attente pour accéder aux douches du centre d'accueil de jour de Calais, John se frotte les paupières. Ses yeux sont rouges. Il explique que c'est à cause de sa rencontre avec les forces de l'ordre. « Hier soir j’ai essayé de rentrer dans un camion, un policier a voulu me frapper, il m’a envoyé du gaz lacrymogène deux fois dans les yeux. »

    Des violences près des camions mais aussi à l'entrée du tunnel sous la manche. Bakra est soudanais. Il raconte une scène à laquelle il a assisté deux jours plus tôt. « J’ai vu un migrant, la police lui a dit « va-t-en » ! Après l’un deux lui a brisé la jambe, un autre lui a envoyé du gaz lacrymogène. C’est quoi ça ? Nous sommes des réfugiés, pas des criminels. »

    Ouardag lui ne décolère pas. Cet afghan était déjà venu à Calais il y a 11 ans. « A cette époque, la police était vraiment très bien avec les migrants. Aujourd’hui, ils font ce qu’ils veulent, ils vous frappent, ils vous font mal. Dans nos pays, la police nous fait la même chose. Mais ici c’est l’Europe. La France dit « on respecte les droits de l’homme. » Mais si vous les respectez, pourquoi est-ce que vous nous frappez ? »

    Ouardag explique qu’à cause de ces violences, de nombreux migrants ont abandonné l'idée de passer en Angleterre. Il espère désormais obtenir l'asile en France.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.