GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    La justice va trancher sur le nouveau nom de l'UMP «Les Républicains»

    media Nicolas Sarkozy veut rebaptiser son parti l'UMP «Les Républicains». Nicolas Sarkozy, former French president and current UMP conserv

    La polémique autour du nouveau nom de l’UMP, « Les Républicains », n’en finit pas de rebondir. La Fédération nationale des élus socialistes et républicains a déposé un recours devant la justice qui doit examiné le 22 mai prochain la légalité de l’utilisation du nom « Les Républicains ».

    La République, c’est un « bien commun », a encore dit récemment Manuel Valls. Alors pas question de laisser Nicolas Sarkozy donner l’impression qu’elle lui appartient en rebaptisant l’UMP « Les Républicains ». Dès l’officialisation de ce choix, toute la gauche est montée au créneau pour s’insurger contre cette tentative de s’approprier de manière exclusive la dénomination « Les Républicains ».

    Et la Fédération nationale des élus socialistes et républicains a déposé un recours devant la justice pour contester la légalité de l’utilisation de ce nom. Un recours qui va être examiné par le tribunal des référés de Paris, en urgence, le 22 mai prochain, car le vote des militants de l’UMP qui doit entériné le changement de nom du parti est prévu les 28 et 29 mai.

    Nicolas Sarkozy lui n’en démord pas. Il a plusieurs fois répondu aux attaques en affirmant que la droite plaçait la République avant tout, alors que les socialistes étaient socialistes avant d'être républicains. Dans l'entourage du président de l'UMP, on indiquait à propos du recours de la gauche être sans inquiétude car « il n'y a pas de sujet ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.