GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    «La Loi du marché», entre fiction et documentaire

    media Vincent Lindon dans « La Loi du marché » de Stéphane Brizé, en lice pour la Palme d'or du Festival de Cannes 2015. Nord-Ouest Films - Arte France Cinéma

    Baisser les bras ou garder « La Tête haute » ? Contrairement à Emmanuelle Bercot avec son film qui avait fait l’ouverture du Festival, « La Loi du marché » de Stéphane Brizé n’invite guère à l’optimisme. En lice pour la Palme d’or, le réalisateur français montre ce lundi 18 mai une France secouée par une crise encore peu visible, mais où l’humiliation et la désespérance font partie intégrante de la vie des petits salariés et chômeurs.

    Un bureau sinistre du Pôle emploi ouvre la scène. Thierry (Vincent Lindon), 51 ans, cheveux court, petite moustache et depuis 20 mois au chômage, se cogne contre un mur d’ignorance. L’agent veut lui encore une fois vendre un stage où il n’y a pas de travail après. Mais le temps presse. Dans quelques mois, il sera en fin de droits et n’aura plus que 500 euros par mois pour nourrir sa femme, son fils handicapé et rembourser le crédit de sa maison.

    Hélas, dans sa situation actuelle, la fierté doit rester pour lui un mot inconnu. Thierry est bien obligé d’avaler toutes les couleuvres s’il veut retrouver un travail. Alors il accepte tout et n’importe quoi : l’humiliation pendant un entretien d’embauche via Skype où il doit se montrer « flexible » pour les horaires et le salaire, se laisser dézinguer par sa conseillère banquière qui le pousse à vendre sa maison au lieu de consentir un petit crédit pour financer une formation à son fils Matthieu.

    Une France à bout de souffle

    Au bout du rouleau, on lui propose enfin un travail. Il sera agent de sécurité dans un hypermarché avec 86 caméras de surveillance en fonction. Un poste où il observe une France à bout de souffle. Et avec des caméras sur des rails, chaque client peut être suivi de très près. « Tout le monde est susceptible d’être un voleur, les jeunes, les vieilles, les riches, les pauvres », lui explique son collègue, « le vol n’a pas d’âge ni couleur ». Et l'encourage à avoir aussi un œil sur les caissières, parce que le directeur aimerait bien en licencier quelques-unes pour augmenter les profits.

    A côté de Vincent Lindon, il y a des acteurs non professionnels qui jouent dans le film leur propre rôle dans la vie. Un choix de cœur pas toujours convaincant, car le réalisme des caissières et des agents de Pôle emploi se heurte parfois au jeu d’acteur subtil d’un comédien raffiné. Le résultat se situe quelque part entre la précision et l’intensité d’une fiction et la puissance d’un documentaire.

    Une descente morale et sociale

    La Loi du marché exige une telle pression économique que même les clients et caissières les plus « honnêtes » craquent pour soustraire un bout de viande, des coupons de réductions ou des points bonus. Pour Thierry se pose alors la question de continuer sa descente morale et sociale et participer à cette criminalisation de la pauvreté. Comment rester humain face aux lois du marché ? Comment changer la situation si personne ne se sent responsable ? Le film se garde bien de donner des réponses. Et à la fin on est Brizé.  

    ► Qui gagnera la Palme d’or 2015? Le classement au jour le jour

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.