GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Réforme du collège: le décret publié au Journal officiel

    media La ministre française de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, le 14 avril 2015 sur les bancs de l'Assemblée nationale à Paris. REUTERS/Charles Platiau

    Face à une mobilisation en demi-teinte des enseignants grévistes contre la réforme du collège mardi 19 mai, le gouvernement réaffirme sa détermination à mettre en œuvre cette réforme et exclut tout débat au Parlement. Le décret et l'arrêté portant sur la réforme contestée du collège sont ainsi parus ce mercredi au Journal officiel.

    Le Premier ministre Manuel Valls avait promis de publier le décret « le plus rapidement possible ». Promesse tenue, ce mercredi 20 mai, au lendemain de manifestations d'enseignants dans une cinquantaine de villes françaises. Le décret et l'arrêté relatifs « à l'organisation des enseignements au collège » prévoient une entrée en vigueur de la réforme « à compter de la rentrée scolaire 2016 ».

    Même si la mobilisation des enseignants a été importante, elle n'a finalement pas été suffisante pour convaincre le gouvernement de faire marche arrière sur la réforme du collège. A nouveau, c'est d'une seule et même voix que le président Hollande et le Premier ministre Valls ont apporté leur plus fervent soutien à la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Elle-même affirme que « la réforme se fera » quoi qu'il arrive et « entrera en vigueur comme prévu à la rentrée 2016 » parce qu'elle est « indispensable ».

    « Garanties »

    La majorité promet néanmoins « des garanties » pour lever les inquiétudes des enseignants, mais refuse par ailleurs tout débat parlementaire avec l'opposition de droite. Celle-ci n'a pas de mots assez durs pour dénoncer « un passage en force » et exiger une révision complète du projet de réforme, à défaut de pouvoir obtenir son retrait. « On ne plus continuer à réformer en France en braquant les gens et en passant en force », clame ainsi le député Thierry Solère qui plaide au contraire pour que le Parlement travaille sur un texte de compromis.

    Un débat aura pourtant lieu, à la demande express du député Bruno Le Maire, le plus fervent opposant de l'UMP à la réforme. Najat Vallaud-Belkacem a accepté de débattre avec lui à la télévision, très probablement jeudi soir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.