GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: quelle ligne pour le Parti socialiste?

    media Christian Paul, député de la Nièvre et leader des frondeurs, appelle au «réveil du Parti socialiste». RFI

    A deux jours du vote des militants socialistes pour définir la nouvelle ligne politique du Parti socialiste, un débat a été organisé par la Fédération de Paris entre les représentants des quatre motions en lice pour le congrès. D'un côté, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire sortant. De l'autre, Christian Paul, Florence Augier et Karine Berger, ses challengers. Plusieurs centaines de militants avaient fait le déplacement pour ce dernier round de la campagne.

    Distribution de tracts sur les marches de la salle de la Mutualité à Paris où les militants socialistes se pressent pour rentrer. La campagne pour le congrès n’est pas finie. Et quand Christian Paul, le leader des frondeurs, arrive, il va droit au but. « L’enjeu du congrès de Poitiers, ce n’est pas l’unité ou la division, assure-t-il. C’est le réveil du Parti socialiste. »

    Une critique non dissimulée des méthodes de Jean-Christophe Cambadélis, de son soutien à la politique du gouvernement, et une critique partagée par de nombreux militants comme Marie-Claude. « Si on continue la politique qu’on a actuellement, moi je n’ai aucun intérêt à rester au Parti socialiste, regrette la militante. Je suis désolée, je m’en vais. »

    Le président François Hollande a-t-il entendu le message en annonçant aux militants que le temps de la redistribution était arrivé ? Jean-Christophe Cambadélis a en tout cas essayé de le faire croire. « Il agit pour la France, pas pour le Parti socialiste », a assuré le premier secrétaire du PS. « La réforme fiscale, on va la faire et maintenant, se réjouit Guillaume, un jeune militant, ajoutant qu'il faut arrêter de se diviser sur des débats à 2 francs. »

    Réussir à se rassembler après le vote, Karine Berger, porte-voix de la motion intitulée « La Fabrique », espère qu’elle y participera. « Je ne sais pas si on créera la surprise, avoue-t-elle. Mais en tout cas, je peux vous assurer que quand on part à quelques dizaines et qu’on arrive à 2 500 signataires et 9 députés, on se dit qu’on a fait une belle campagne. » Maintenant, c’est aux militants socialistes de trancher.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.