GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Lutte contre le jihadisme: les propositions des parlementaires français

    media Des hommes du Raid venus arrêter des jihadistes dans le quartier de Meinau, à Strasbourg, en mai 2014. AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN

    La France est le principal pays européen de départ de candidats au jihad. Face à ce phénomène, le gouvernement a présenté deux projets de loi, dont l'un portant sur le renseignement est actuellement en débat au Sénat. Les députés, eux, ont créé une commission d'enquête sur la surveillance des filières et des individus jihadistes. Après six mois de travaux, elle présente son rapport ce mardi et propose une série de mesures supplémentaires.

    La commission d'enquête parlementaire, sur certains points, est en accord avec le gouvernement. Il faut, préconise ce rapport, renforcer les effectifs des enquêteurs spécialisés. Ils sont 300 aujourd'hui. La commission souhaite doubler ce nombre et venir en renfort aussi des magistrats spécialisés.

    Les députés plaident également pour la mise en place rapide d'un fichier européen des passagers des compagnies européennes, le fameux PNR que le ministre de l'Intérieur tente de faire passer au Parlement européen.

    Enfin, cette commission d'enquête partage également l'avis du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve sur la nécessité de réinstaurer des contrôles d'identité au sein de l'espace Shenghen pour mieux repérer les candidats au départ et les jihadistes de retour.

    Mais la commission demande aussi au gouvernement de chercher d'autres pistes, notamment pour réinsérer les jihadistes de retour ne faisant pas l'objet de poursuites judiciaires. Et elle pointe aussi du doigt certaines défaillances tues par l'exécutif.

    Elle relève ainsi le manque de coordination entre les différents services de renseignement. Ceux de la préfecture de police de Paris ont, dit-elle, interrompu l'écoute de Saïd Kouachi car il se trouvait hors de leur zone de compétence. C'était en juin 2014, six mois avant l'attentat contre Charlie Hebdo.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.