GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    A Poitiers, le PS s'activera surtout à ressouder ses rangs

    media Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-François Cambadélis, le 28 mai 2015 à Paris. AFP PHOTO / MARTIN BUREAU

    Le Parti socialiste réunit son congrès à Poitiers pendant trois jours. Une grand-messe sans véritable enjeu puisque les militants se sont déjà exprimés sur la ligne politique et ont reconduit Jean-Christophe Cambadélis à la tête du parti. Seul objectif : resserrer les rangs pour préparer la présidentielle de 2017.

    Ce congrès du Parti socialiste ne devrait pas être très animé. Il n’y aura pas d’affrontements, pas de nuit blanche pour réussir à réaliser la fameuse synthèse entre les courants. Tout est bouclé puisque les militants ont déjà voté. Ils ont adoubé Jean-Christophe Cambadélis et sa motion où cohabitent Manuel Valls et Martine Aubry. Les frondeurs en ont pris acte. Fin de la partie. Les choses sont claires désormais et la ligne du gouvernement est majoritaire.

    « Tout s'est passé à l'avance, donc il n'y a pas d'enjeu du congrès lui-même, si on entend par congrès les deux trois jours qui vont se passer à Poitiers, estime Gérard Grunberg, chercheur au centre d'études européennes de Sciences Po. Les choses ont été réglées, c'est-à-dire une synthèse qui n'a pas beaucoup de sens sur le fond, mais qui permet à chacun à peu près de trouver un certain avantage à cet accord ». Pour Gérard Grunberg, elle a ouvert la voie à une candidature de François Hollande à la présidentielle de 2017, permis à Jean-Christophe Cambadélis d'être enfin premier secrétaire, et à Martine Aubry de se faire entendre sans être obligée de prendre la direction de l'opposition au gouvernement. Manuel Valls, quant à lui, s'accomode d'une situation qui lui évite le risque de voir sa politique condamnée par la majorité du parti.

    Remettre sur pied une formation délaissée

    A Poitiers, les socialistes vont simplement essayer de donner l’image de l’apaisement et si possible du rassemblement, de tourner la page des divisions internes, notamment en élisant le conseil national, le parlement du PS. Une distribution de postes qui, bien sûr, a son importance. Jean-Christophe Cambadélis a évoqué « le renouveau des têtes et dans les têtes ».

    Car c’est bien l'objectif du premier secrétaire : essayer de redynamiser une formation en perte de vitesse depuis 2012, délaissée par de nombreux militants et qu’il va devoir remettre sur pied avant 2017. Le congrès de Poitiers est ainsi, pour les socialistes, le point de départ de la course pour la présidentielle. La question de l'organisation d'une primaire à gauche a été évacuée et François Hollande a besoin d’un PS en ordre de marche. Premier test : les régionales de décembre prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.