GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: les frondeurs du PS n’ont pas dit leur dernier mot

    media Le Premier ministre Manuel Valls au congrès du Parti socialiste à Poitiers, le 6 juin 2015. REUTERS/Regis Duvignau

    Manuel Vall n'a pas pris de risque samedi dans son discours au congrès du Parti socialiste à Poitiers, mais dans son costume tout neuf de rassembleur, le chef du gouvernement en est sûr : les frondeurs sont marginalisés. Des frondeurs qui veulent quand même croire qu’ils ne sont pas morts.

    Résister à un Premier ministre sûr d’avoir plié le match, marginalisé les frondeurs. A l’aile gauche du PS, on veut croire que c’est encore possible. « Depuis que je connais Manuel Valls, il est sûr de lui, explique la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann. Il est tellement sûr de lui qu’il en devient sourd. » Et la sénatrice d’entonner une petite chanson : « Allô Manuel, quelles nouvelles ? Le PS absent depuis trois ans, à bout de force, je vous appelle. Que pense le pays à présent ? »

    Une chanson reprise par les frondeurs dans leurs réunions internes ce week-end à Poitiers. Martine Aubry, elle, va désormais siéger au bureau national du Parti. Elle a l’intention d’y faire entendre sa voix.

    Ça, c’est pour les opposants de l’intérieur, car à l’extérieur, il va falloir compter désormais avec Arnaud Montebourg. Le retraité de la politique a pris la plume dans le Journal du dimanche et ses mots claquent : « Hébétés, nous marchons droit vers le désastre. Faire semblant de combattre le FN pour se donner bonne conscience n'a aucun effet ». Surtout, l’ancien ministre a des mots plus durs que jamais pour François Hollande : « Tout président élu commence par aller faire ses génuflexions à Berlin puis Bruxelles, enterrant en 72 heures ses engagements de campagne. »

    Au PS, tout change, mais rien ne change. Le patron du parti, Jean-Christophe Cambadelis qui clôt ce dimanche le congrès va avoir bien du mal à tenir l’unité du parti.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.