GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    L’Arabie saoudite et la France poursuivent leur lune de miel à Paris

    media Le président français François Hollande et le prince Mohammed ben Salman, ministre de la Défense de l'Arabie saoudite, Riyad, le 5 mai 2015. AFP/Christophe Ena

    Sept semaines après la visite de François Hollande à Riyad, le président de la République reçoit ce mercredi à Paris le prince héritier Mohammed ben Salman, également ministre saoudien de la Défense. Une visite placée sous le signe de la politique, mais où il sera aussi question d’annonces de contrats juteux.

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    Ce sont entre 40 et 60 milliards d’euros qui sont en jeu. Les contrats concernent les secteurs du civil : l’énergie, le transport, la santé et l’armement. Autant dire une manne providentielle pour l’Etat français qui se doit de soigner son invité, même si ces attentions particulières ne sont pas du goût des organisations des droits de l’homme (voir encadré).

    Mohammed ben Salman, jeune trentenaire, n’est pas seulement le fils du roi, il est aussi le second héritier au trône et ministre de la Défense. A Paris, il doit rencontrer son homologue Jean-Yves le Drian. De Washington à Moscou en passant par Paris, Mohammed ben Salman s’impose ainsi de plus en plus sur la scène internationale.

    A quelques jours du contrat très attendu sur le nucléaire iranien, l’Arabie saoudite, méfiante à l’égard des Etats-Unis, veut surtout prouver qu’elle est capable de multiplier les partenaires pour faire face à une situation de plus en plus critique dans la région. A propos du Yémen, de la Syrie ou de la lutte contre le jihadisme, les deux pays affichent également leur convergence de vue. Ces trois dernières années, la France a su entretenir une politique fidèle et loyale vis-à-vis des dirigeants saoudiens, ce qui lui confère aujourd’hui une place privilégiée dans ce « mariage de raison ».


    Quelle place pour les droits de l'homme ?

    Human Rights Watch ou Amnesty International rappellent régulièrement que l'Arabie saoudite multiplie les exécutions capitales (plus d'une centaine depuis le début de l'année) et qu'elle réprime les voix critiques, comme celle du blogueur Raif Badawi, condamné à 10 ans de prison et 1 000 coups de fouet. En sa faveur, la France a sobrement demandé un « geste de clémence » au royaume saoudien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.