GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentat en Isère: la menace terroriste évolue en France

    media Des soldats déployés dans le cadre du dispositif Vigipirate à la Tour Eiffel, en janvier 2015. AFP PHOTO / BERTRAND GUAY

    En France, 1 750 personnes sont recensées « pour leur implication à un titre ou à un autre dans des filières jihadistes ». Ce sont les chiffres évoqués début juin par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. Les attentats – celui de ce jour à Saint-Quentin-Fallavier en Isère, et ceux du mois de janvier en région parisienne – ne sont donc que la partie visible d’un vaste et terrifiant phénomène. D'autant que les stratégies des terroristes semblent évoluer.

    Il y a des tragédies qui ébranlent le pays. Comme les tueries de Montauban et Toulouse, perpétrées par Mohammed Merah en mars 2012. Trois enfants, un enseignant et trois militaires avaient été assassinés. Ou comme les attentats de janvier 2015 contre  Charlie Hebdo, l'Hyper Cacher et Montrouge. Ils avaient fait 17 morts en tout. Ou comme aujourd'hui l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier.

    Entre 2012 et 2015, le calme a été bien relatif, car ponctué d'actes de violence commis à coup de cutter ou de couteau par des jeunes islamistes. En mai 2013, c'est un militaire qui est visé dans le quartier de La Défense à Paris. L'année suivante, en décembre 2014, des policiers à Joué-lès-Tours. Et en février dernier, un jeune homme, Moussa Coulibaly, blesse au couteau trois militaires devant un centre communautaire juif.

    Un cauchemar devenu réalité

    Il y a aussi les attentats que les autorités ont empêchés. En avril 2015, Sid Ahmed Ghlam est arrêté. Cet étudiant algérien prépare, selon la police, un attentat contre une église de Villejuif près de Paris. Il y a tous ces actes déjoués que les autorités ne dévoilent pas. Mais là, bien sûr, impossible de connaître leur nombre. Selon Bernard Cazeneuve, on sait néanmoins que quelque 130 procédures judiciaires concernant 650 personnes sont en cours en France pour des activités liées au terrorisme.

    Lors des attentats qui ont visé Charlie Hebdo ou le marché Hyper Cacher, les cibles étaient connues ou identifiées comme telles. Après ces attentats, l'exécutif a lancé l'opération Sentinelle pour protéger les sites sensibles. Mais ce vendredi 26 juin, c'est un site industriel, une zone d'activité qui a été visée. Une entreprise que rien ne relie à première vue aux conflits qui ensanglantent le Proche-Orient.

    Les autorités savaient et prévenaient que des terroristes pouvaient frapper à tout moment et n'importe où. Voilà désormais leur cauchemar devenu réalité. Un cauchemar qui pose un défi aux forces de l'ordre : difficile de dire désormais quels sont les sites à risque.

    Plan Vigipirate au niveau maximal

    Toute la question maintenant est de savoir comment réagir face à ce nouvel attentat. Rassurer, contrôler, mais ne pas tirer de leçon hâtive. Le président de la République a dit vouloir éviter l'écueil. Le plan Vigipirate a été porté à son niveau maximal dans la région Rhône-Alpes, niveau « alerte attentat ». Cela implique de manière général de « renforcer la surveillance des rondes, la sensibilisation du personnel sur la sûreté et la vigilance » sur les sites sensibles, détaille Patrick Pouchot, responsable de la communication de l'usine de chimie Vencorex située à Pont de Claix, dans la banlieue de Grenoble, elle aussi concernée par le plan.

    Aux yeux du chef de l'Etat, la mesure doit permettre que tous les contrôles soient faits. D'éventuels complices sont toujours recherchés. Mais porter le plan Vigipirate à son alerte maximale est aussi un message aux Français, une volonté de rassurer alors que commencent les vacances d'été, et que gares, trains et aéroports seront très fréquentés. Au total, 650 militaires, 10 000 gendarmes et policiers sont mobilisés dans la région Rhône-Alpes. Reste que la durée de ce seuil maximal est très limitée : trois jours à peine. Même si François Hollande a rappelé que des milliers de soldats, de policiers et de gendarmes sont déjà mobilisés pour assurer la sécurité du territoire.

    Mesures sécuritaires

    Le problème majeur pointé par les autorités françaises suite à cette attaque, c'est l'évolution des profils des terroristes potentiels. « Nous ne sommes plus face à des groupes terroristes qui venaient de l'extérieur, commettaient des actes et repartaient, a expliqué Bernard Cazeneuve sur TF1 vendredi 26 juin au soir. Par le biais de la fréquentation d'internet, d'une propagande extraordinairement sophistiquée des groupes terroristes, un nombre de ressortissants des pays de l'Union européenne bascule dans l'activité terroriste. »

    Face à cette menace, le ministre de l'Intérieur a rappelé que des mesures fortes avaient été prises par le gouvernement, avec la création notamment de « 1 500 postes dont 1 000 dans les services de renseignement et un effort de 233 millions d'euros sur trois ans pour moderniser les services ». Et de rappeler les récentes lois anti-terroristes votées au Parlement, dont celle, controversée, prévoyant l'élargissement des prérogatives des services de renseignement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.