GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: les aumôniers de prison réclament plus de moyens

    media Seuls 160 aumôniers musulmans interviennent dans les prisons françaises. REUTERS/Charles Platiau

    La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a convoqué ce jeudi 25 juin les aumôniers de prison des sept cultes présents dans les établissements français (catholique, protestant, musulman, juif, témoins de Jéhovah, orthodoxe et bouddhiste). Au centre des débats : l'amélioration du statut et la formation des aumôniers. Sujets d'autant plus d'actualité, en raison du rôle que les aumôniers musulmans jouent dans la lutte contre la radicalisation en prison.

    Seuls 160 aumôniers musulmans interviennent dans les prisons françaises. C'est largement insuffisant, estime l'aumônier national musulman Moulay el Hassan el Alaoui Talibi. Pour pouvoir en recruter plus, il faudrait renforcer leur statut : « C’est-à-dire une couverture sociale, une retraite parce que c’est le bénévolat actuellement. On peut demander à quelqu’un de donner son temps, on ne peut pas lui demander de payer de sa poche. » Si l'on veut disposer d'intervenants efficaces, il faut bien les former, concède-t-il, mais là encore, hors de question que la formation soit à leurs frais : « La formation, c’est à côté de la laïcité, la connaissance des institutions. Donc c’est l’Etat qui s’en charge, mais c’est un diplôme proposé, universitaire, payant. Donc il faut que l’Etat le rende gratuit. »

    L'aumônier protestant national Brice Deymié souligne, lui aussi, pour permettre à ces homologues musulmans de lutter contre l'islam radical en prison, il faut leur donner les moyens : « Mon collègue musulman a raison. Dans certains établissements, il serait absolument nécessaire d’avoir dans des centrales difficiles - il y a des cas très lourds - quelqu'un de formé spécifiquement. Et donc il faut bien payer la personne. Elle ne peut pas faire ça bénévolement à temps partiel. Ce n’est pas possible, il y a trop de cas lourds. »

    La ministre et les aumôniers vont poursuivre leur réflexion en juillet pour trouver des réponses concrètes à toutes ces questions soulevées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.