GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentat en Isère: le selfie macabre du principal suspect

    media La police scientifique au travail sur le lieu où a été retrouvée la tête décapitée de la victime, le 26 juin. REUTERS/Ruben Sprich

    Yassin Salhi, soupçonné d'avoir perpétré un attentat jihadiste en Isère et d'avoir décapité son employeur, a envoyé un selfie avec la tête de la victime à un correspondant non identifié.

    Depuis le début de sa garde à vue, Yassin Salhi se terrait dans le silence. Que ce soit son nom, son parcours, les motivations de son acte, ce père de famille de 35 ans ne dévoilait rien et est resté muet pendant 36 heures. Mais l'on a appris samedi soir, de sources proches du dossier, que le suspect a commencé à parler aux enquêteurs.

    Egalement entendues, sa femme et sa soeur ne semblent guère plus aider les enquêteurs. Elles se disent incrédules, expriment la même stupéfaction que lorsqu'elles ont appris les faits, vendredi.

    Avant cela, en se penchant sur son entourage, les enquêteurs avaient pu déterminer que Salhi s'est radicalisé à Pontarlier, sa ville de naissance dans l'est de la France. Il y était en contact notamment avec un homme soupçonné d'avoir préparé, avec des militants d'al-Qaïda, des attentats en Indonésie. Mais aucun élément ne lie les deux hommes dans un passé récent.

    A son domicile, les forces de l'ordre n'ont retrouvé aucune arme. Pas de matériel de propagande jihadiste non plus. Rien qui semble relier l'homme à une quelconque organisation terroriste. Mais son ordinateur et son téléphone portable ont été saisis.

    Seule avancée: les enquêteurs ont découvert que Yassine Salhi s'est livré à une macabre mise en scène. Il s'est pris en photo avec la tête décapitée de son patron. Un cliché qu'il aurait ensuite envoyé à un contact, avec la messagerie WhatsApp. Une personne non identifiée ni localisée, mais qui a un numéro de téléphone nord-américain. Simple contact ou commanditaire ? La question d'éventuelles complicités reste posée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.