GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentat en Isère: Manuel Valls évoque une «guerre de civilisation»

    media Le Premier ministre Manuel Valls a réagi suite à l'attentat dans une usine en Isère, lors du Grand Rendez-vous Europe 1-iTELE-Le Monde, dimanche 28 juin. Capture d'écran www.europe1.fr

    François Hollande recevra mardi 30 juin les principaux responsables parlementaires dont les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale. L'exécutif reste mobilisé après l'attentat contre une usine de l'Isère le 26 juin. Ce dimanche matin, le Premier ministre Manuel Valls a jugé que la guerre contre le terrorisme était « une guerre de civilisation ». Mais le Premier ministre a aussi dénoncé les amalgames sur l'islam.

    Manuel Valls dit tenir un « discours de vérité, lucide ». Un discours martial en réalité. « Nous vivons sous une menace terroriste majeure, a alerté le Premier ministre. Nous devons savoir que nous devons combattre et que nous allons combattre dans la durée ce terrorisme. Non, nous ne pouvons pas perdre cette guerre. Parce que c’est au fond une guerre de civilisation. C’est notre société, notre civilisation, nos valeurs, que nous défendons. »

    La stratégie de la tension. C’est la première fois que Manuels Valls reprend l'expression « guerre de civilisation », habituellement employée à droite et à l’extrêmedroite. Un moyen d'aller sur le terrain de l’adversaire pour la prochaine présidentielle tout en dénonçant les amalgames entre un islam humaniste et un islam obscurantiste.

    « Bloc réactionnaire »

    « Je vois bien que certains veulent exploiter cette question à des fins électorales », a déclaré le Premier ministre, citant en exemple « l’extrême droite, le populisme, ce que j’appellerais d’ailleurs le bloc réactionnaire ». Un « bloc » composé selon lui de l'extrême droite mais aussi d'une « partie, malheureusement, de la droite ».

    Manuel Valls a enfin prévenu les partis politiques qui voudraient diviser la société. « Attention ! Moi, je suis convaincu que le choix de 2017, ça va être entre ceux qui veulent séparer des populations, des quartiers, des territoires. Or la République, la définition même de la République, de la France, de la laïcité, c’est vivre ensemble ».

    La voie paraît bien étroite, alors que le pacte républicain n’a jamais semblé aussi menacé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.