GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 19 Juin
Jeudi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Incertitudes sur la nature terroriste de l'attaque en Isère

    media Yassin Salhi (sous le drap blanc) escorté par les policiers, le 28 juin 2015. REUTERS/Emmanuel Foudrot

    Il y a la mort d’un homme, dont la tête – tranchée probablement post mortem – a été accrochée à un grillage. Il y a une tentative d’explosion d’un site de stockage de gaz industriel. Mais au-delà du choc, la nature terroriste des motivations de l’assaillant reste difficile à prouver.

    Yassin Salhi n’était pas un inconnu des services de renseignement, loin s’en faut. Dès vendredi en milieu de journée, le ministre de l'Intérieur reconnaissait que Yassine Salhi avait fait l'objet en 2006, d'une fiche S (sécurité de l'Etat).

    Cela faisait alors deux ans que le jeune homme était apparu dans le radar des services spécialisés en raison de ses liens avec Frédéric Jean Salvi, un converti radicalisé en prison. Les deux hommes avaient à peu près le même âge et fréquentaient la même mosquée à Pontarlier, une ville près de la frontière suisse.

    Frédéric Jean Salvi y tenait des prêches virulents, lui valant d’être sous surveillance. Selon la police indonésienne, son radicalisme l’a conduit quelques années plus tard, en 2010, à être lié à des militants d’al-Qaïda préparant des attentats à Jakarta.

    Forsane Aliza

    Concernant Yassin Salhi, les services de renseignement français ne relèvent rien prouvant sa dangerosité. La surveillance est donc levée en 2008. Mais le jeune homme est à nouveau signalé en 2011. C'est alors sa relation avec un individu lié à Forsane Aliza, un groupe salafiste dont 14 membres ont été jugés au début du mois à Paris pour participation à un groupe formé en vue de la préparation d'actes terroristes, qui éveille les soupçons. Mais les liens entre Yassine Salhi et ce réseau sont très diffus : la surveillance n'est pas réactivée.

    Nouveau signalement en 2013. Le renseignement territorial du Doubs signale alors qu'il fréquente assidûment une mosquée salafiste de Besançon, où il s'est installé. Mais Yassine Salhi n'ayant pas de casier judiciaire et le salafisme étant doté d’une version quiétiste qui n'appelle pas à la violence, l'information fait alors l'objet d'une simple note.

    Enfin, l'année suivante, Yassine Salhi est signalé par un de ses voisins qui s'étonne de le voir organiser toutes les semaines des réunions avec des personnes au profil intégriste et au cours desquelles le mot jihad est prononcé. Mais lorsque la police cherche à en savoir plus, le voisin ne répond pas à son invitation. Les investigations s’arrêtent là : cette fois-ci également, l'information fait l'objet d'une simple note.

    Un mobile confus

    Mais si les liens de Yassine Salhi avec les milieux musulmans intégristes sont avérés, la nature jihadiste de son acte, elle, n'est pas clairement établie. En garde à vue, ce père de famille de 35 ans a tout d’abord gardé le silence. Depuis samedi soir, il livre quelques explications. Il a tout d’abord reconnu avoir tué son patron, Hervé Cornara. Il dit l’avoir décapité sur une aire d'autoroute entre son entreprise et le site d’Air Products à Saint-Quentin Fallavier où il a tenté de provoquer une importante explosion.

    Mais ses motivations restent assez confuses. Il évoque par moment une dispute avec sa victime, deux jours plus tôt. Hervé Cornara lui aurait reproché d'avoir fait tomber une palette de produits informatiques. Mais il parle aussi d'un conflit conjugal: il aurait reproché à sa femme de ne pas être assez religieuse et celle-ci aurait menacé de divorcer. Des versions différentes, mais qui n’incluent pas de revendication au nom d'un quelconque groupe.

    Est-ce une simple stratégie de défense ? Pour l’instant, les éléments le reliant à une organisation sont maigres. Que ce soit sur le site de l’attaque ou à son domicile, les enquêteurs ont retrouvé pour seule arme un couteau. Pas d'arme à feu notamment qui aurait impliqué des complicités, au moins dans le milieu de la criminalité, pour s'équiper. Les forces de l’ordre n’ont pas non plus retrouvé de matériel de propagande jihadiste.

    Le seul lien établi avec une tierce personne est la photo que Yassine Salhi a prise de lui-même avec la tête de son patron. Il l'a envoyée à un jeune homme se trouvant en Syrie depuis le mois de novembre. Un contact qui se trouverait probablement actuellement à Raqa, le fief de l'organisation Etat islamique. Reste à savoir si cet interlocuteur a joué un rôle dans la préparation de l'attaque.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.