GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    WikiLeaks: l'espionnage de la NSA en France concerne aussi l'économie

    media L'ancien ministre français Pierre Moscovici a été espionné par la NSA. AFP PHOTO / THIERRY CHARLIER

    De nouvelles révélations du lanceur d'alerte WikiLeaks, via les médias français Libération et Mediapart. Cela concerne cette fois l'espionnage économique vis-à-vis de la France. Les services secrets américains se sont livrés à un espionnage massif sur des responsables et diplomates entre 2004 et 2012, notamment deux anciens ministres de l'Economie et des Finances.

    Pierre Moscovici, ancien ministre de l'Economie du gouvernement Hollande-Ayrault et actuel commissaire européen aux Affaires économiques, et François Baroin, ancien ministre de l'Economie dans l'équipe Sarkozy-Fillon, ont tous les deux été massivement espionnés. C'est finalement le « sale jeu » des Américains auquel faisait allusion le fondateur de WikiLeaks Julian Assange il y a quelques jours à la télévision française.

    Les documents classés que publie WikiLeaks relatent dans le détail des conversations des deux anciens patrons de Bercy sur plusieurs sujets délicats, et notamment leur position vis-à-vis des institutions financières internationales, ou de leurs alliés au sein du G7 ou du G20. Mais il y a surtout le détail des grands contrats passés par la France à l'étranger et des appels d'offres impliquant des entreprises américaines.

    En tout, une centaine d’entreprises hexagonales auraient été surveillées, dont la quasi-totalité de celles cotées au CAC 40, la National Security Agency (NSA) s'intéressant en priorité à celles dépassant les 200 millions de dollars de chiffre d'affaires. Un espionnage économique massif, qui met potentiellement hors course ces entreprises françaises dans les négociations de gros contrats.

    Jusqu'à présent, les responsables américains évoquaient la sécurité nationale pour justifier leur système d'écoutes. Il faut croire que la compétitivité des entreprises était une autre priorité tout aussi importante que le terrorisme pour les « grandes oreilles » de Washington.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.