GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Canicule en France: le Samu social au chevet des sans-abri

    media Marisol Touraine (c.) ministre de la Santé, et Ségolène Neuville (2. g.), secrétaire d'Etat chargée de la lutte contre l'exclusion, ont participé à une maraude du Samu social, ce vendredi 3 juillet, à Paris. AFP PHOTO/MIGUEL MEDINA

    Les épisodes de canicule comme celui que connaît la France depuis ce mardi 30 juin sont dangereux pour les personnes vulnérables comme les petits enfants ou les seniors, mais aussi pour tous ceux qui vivent dans la rue. Lorsqu’il fait 39°C, la rue se transforme en enfer et beaucoup de sans domicile fixe (SDF) y courent un risque mortel. Selon la Fondation Abbé Pierre, ils seraient aujourd’hui en France plus de 140 000. Les associations caritatives mettent en œuvre tous leurs moyens pour les secourir.

    RFI s’est rendue dans l’une des quinze permanences parisiennes du Samu social, installée dans les locaux de l’ancien hospice Saint-Michel, dans le 12ème arrondissement de la capitale.

    Chaque jour entre 100 et 150 personnes viennent ici chercher de l’aide ou tout simplement se poser et se rafraîchir pendant la journée. Brumisateurs et bouteilles d’eau sont mis à leur disposition.

    Omar apprécie l’endroit : « Moi, je ne supporte pas la chaleur, pourtant je viens d’un pays chaud, la Tunisie. Heureusement quand on vient ici, au Samu social, ils nous prennent en charge. Il y a le médecin, il y a l’assistante sociale, on a les petits-déjeuners aussi, il y a des douches. S’il n’y a pas ça, il y aura plus de morts. Moi, j’ai vu des gens qui sont morts dans la rue. »

    Le Samu social se déplace aussi directement sur les lieux de vie des personnes sans abri. Eric Pliez, président de l’association, explique : « Le Samu social dispose d’équipes de maraude en journée mais aussi en nuit, qui vont vers les personnes, qui leur proposent d’aller vers les fontaines, d’aller vers les abris de jour, qui leurs proposent aussi évidemment des gourdes d’eau, etc. On sait bien que sur des personnes fragilisées, la chaleur va accentuer un mauvais état général. »

    Selon le Samu social, pour protéger vraiment les SDF de la chaleur écrasante, il faudrait pouvoir leur proposer un toit pour la nuit. Or, peu de centres d’hébergement restent ouverts pendant l’été. Le numéro d’urgence, le 115, qui gère les places, ne peut satisfaire actuellement qu’une demande sur deux.

    « C’est la rue qui tue et pas forcément la météo »

    Marisol Touraine, ministre de la Santé et Ségolène Neuville, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, ont aussi visité ce vendredi 3 juillet l’une des permanences parisiennes du Samu social.

    A l’occasion de ce déplacement, Marisol Touraine a demandé aux municipalités de renforcer les maraudes et d’ouvrir la nuit aux sans-abri des jardins publics. Ségolène Neuville, de son côté, a souligné les efforts du gouvernement pour mettre fin au système de la fermeture estivale des centres d’hébergement d’urgence.

    « Ce qui est en train de se passer maintenant, ça confirme ce qu’on avait pu dire cet hiver au moment du grand froid, c’est que finalement, c’est la précarité qui met en danger, c’est la précarité qui tue ; et souvent au moment du grand froid l’hiver, tout le monde se mobilise en disant qu’il faut des places, etc., mais en réalité, c’est aussi vrai en été et c’est vrai toute l’année », a rappelé la secrétaire d’Etat.

    « Finalement, dans les places qui étaient ouvertes cet hiver, il y en a 2 000 qui le sont restées depuis le mois d’avril […] parce que ce que nous voulons à terme, c’est qu’il y ait des places ouvertes toute l’année. Encore une fois, […] c’est la rue qui tue et pas forcément la météo », a-t-elle martelé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.