GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Affaire Merah: l'enquête est terminée, le procès peut commencer

    media Mohamed Merah. capture d'écran

    Une enquête de plus de trois ans se termine. Celle ouverte à la suite des assassinats commis par Mohamed Merah en mars 2012. L'homme avait abattu sept personnes, dont trois enfants, avant de trouver la mort dans l'assaut qui avait été donné à son domicile. Malgré sa mort, trois personnes, dont son frère, sont mises en examen pour complicité d'assassinat.

    C'est une autre étape qui va donc s'ouvrir dans l'affaire Merah, celle du procès. Un procès sans le principal accusé, mort lors de l'assaut donné contre son domicile, dix jours après le premier de ses sept meurtres à Toulouse. Après trois ans d'enquête, trois personnes restent mises en examen pour complicité d'assassinat, suspectées d'avoir aidé le « tueur au scooter ».

    Il y a tout d'abord, Abdelkader, le frère aîné de Mohammed Merah, soupçonné d'être à l'origine de la radicalisation de son frère. Fatah Melki et Mohamed Mounir Meskine ensuite : deux hommes qui auraient respectivement aidé le tueur à se procurer des armes et l'auraient assisté dans le vol du scooter qu'il a utilisé pour commettre ses crimes.

    Quels chefs d'accusations ?

    Tous les trois nient avoir eu connaissance des projets de Mohammed Merah, mais seul Mohamed Meskine est libre aujourd'hui. Les deux autres dorment toujours en prison, en détention préventive.

    Avec la fin de cette enquête, les juges antiterroristes passent la main au ministère public. C'est à lui, dans les semaines qui viennent, de décider pour quels chefs d'accusation les trois hommes comparaîtront devant les prétoires. Il s'agira très certainement d'une cour d'assises.

    → À (RE)LIRE: Affaire Merah: le ministre reçoit un rapport pointant les «défaillances» de la DCRI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.