GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Des parlementaires français en Crimée pour une visite très critiquée

    media Le drapeau russe flotte sur la base navale ukrainienne de Sébastopol, le 20 mars 2014, deux jours après l'annexion. REUTERS/Shamil Zhumatov

    Dix parlementaires français pro-russes s’envolent ce jeudi pour la Crimée. Parmi eux, plusieurs députés Les Républicains de premier plan comme Thierry Mariani, Jacques Myard ou encore Claude Goasguen. Tous disent vouloir se rendre compte par eux-mêmes de la situation sur place, mais ce déplacement, financé par une fondation russe, est très mal vu par le ministère des Affaires étrangères français.

    Les dix parlementaires, en grande majorité de droite, se rendront successivement à Simféropol, Yalta et Sébastopol. Ils rencontreront là-bas les autorités locales. Officiellement, l’objectif de ce déplacement est de voir concrètement ce qu'il se passe sur place et de maintenir le dialogue avec la Russie.

    Est-ce à dire que ces élus reconnaissent l’annexion de la Crimée par Moscou ? « En allant en Crimée, nous disons très clairement qu’il faut reconnaître les réalités. La réalité, c’est que c’est un peuplement essentiellement russe et pas ukrainien au sens où les Ukrainiens l’entendent », répond Jacques Myard, un des députés Les Républicains qui participent au déplacement.

    Mais l’annexion l’an passé de la Crimée par la Russie a été dénoncée par la communauté internationale. Ce voyage est donc vu d’un très mauvais œil par le Quai d’Orsay. « C’est un acte de violation caractérisé du droit international », s’est emporté mercredi Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères. Ce déplacement est ainsi jugé inopportun par Elisabeth Guigou, la présidente de la commission des Affaires étrangères à l’Assemblée nationale. « Par le fait qu’ils sont parlementaires, ils paraissent accorder du crédit ou une reconnaissance à une annexion qui est condamnée pas seulement par la France, mais par l’Assemblée générale des Nations unies », souligne-t-elle.

    Pour l’ambassadeur ukrainien en France, Oleg Shamshur, ce voyage est « une violation directe du droit international », «  un geste inamical » et « bien prémédité ». Il est difficile de croire qu’un parlementaire français n’en ignore pas les conséquences, estime-t-il. « Il ne peut pas violer les lois des autres Etats en justifiant cela par son indépendance, par le droit d’exprimer sa propre opinion. Je ne doute pas que les députés et sénateurs français verront la Crimée de la façon dont Moscou veut la présenter parce que ce voyage est organisé par les autorités russes, donc les autorités d’un pays qui occupe illégalement la Crimée. »

    Ces parlementaires n’en sont pas à leur coup d’essai. En septembre dernier, plusieurs d’entre eux s’étaient rendus à Moscou pour apporter leur soutien à la Russie en pleine crise ukrainienne. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.