GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Attentat du RER B à Saint-Michel: une rescapée se souvient

    media Des pompiers évacuent du métro Saint-Michel des victimes de l'attentat, le 25 juillet 1995. AFP / Pierre Boussel

    Le 25 juillet 1995, un attentat meurtrier fait 8 morts et 117 blessés dans le RER B à la station Saint-Michel à Paris. Une campagne d'attentats est menée par le GIA algérien sur le sol français. Vingt ans après, les témoins de l'attaque et les familles de victimes n'ont rien oublié. Arlette Royer, se trouvait dans le RER lorsque la bombe a explosé. Elle raconte.

    Il est 17h ce 25 juillet 1995 lorsqu'une bombe explose dans un train de la ligne du RER B. La rame se trouve alors au deuxième sous-sol de la station Saint-Michel. Arlette Royer est à bord. « On a à peine vu la lumière des quais qu’il y a eu une grosse explosion et tout le monde a compris que c’était une bombe, raconte-t-elle. Quelqu’un a hurlé ‘c’est une bombe’ donc on en a tous été conscients. Dans mon wagon, on s’est retrouvé complètement dans le noir. On a senti une fumée épaisse arriver et moi j’ai eu peur de mourir étouffée ».

    La bombe était une simple bonbonne de camping-gaz remplie de poudre noire, de désherbant, de clous, de boulons. L’engin dissimulé sous une banquette a littéralement soufflé tout un wagon. A la station Saint-Michel, le chaos est total. « Sur le quai, dès que je suis sortie, il y avait un corps à côté de la porte, se souvient Arlette Royer. J’ai vu que c’était une dame qui avait les jambes brûlées. Dans les minutes qui passent, on voit la vie au ralenti, on voit des gestes autour de nous au ralenti. Il y a les hurlements, la fumée, les odeurs. Il y a un tas de choses qui sont toutes mêlées et toutes violentes. »

    Vingt ans après, le traumatisme est toujours là. Pour Arlette Royer, c’est une souffrance quotidienne. « On fait croire aux gens que tout va bien, que c’est derrière nous. J’ai beau faire la forte, la brave devant tout le monde et sourire, en fait, à l’intérieur, ça ne doit pas être vraiment ça. C’est violent et on ne peut pas oublier. »

    Dans les archives de RFI :

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.