GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la justice donne raison à Jean-Marie Le Pen contre sa fille

    media Jean-Marie Le Pen a remporté une troisième victoire judiciaire face au parti qu'il a cofondé, le Front national. REUTERS/Charles Platiau

    Le Pen contre Le Pen, acte 3. La cour d'appel de Versailles a rendu ce mardi sa décision : le congrès postal du Front national, censé supprimer le statut de président d'honneur accordé à Jean-Marie Le Pen, est bel et bien suspendu. Le cofondateur du parti en avait contesté la légalité devant la justice. Celle-ci lui avait une première fois donné raison. Le Front national, dirigé par Marine Le Pen, avait fait appel de cette décision. Il a été débouté.

    On ne peut donc pas organiser un congrès postal. Le Front national avait en effet décidé de consulter ses militants par courrier plutôt que de convoquer leurs représentants pour une réunion physique.

    L’objet du congrès ? Les militants devaient se prononcer sur une refonte des statuts du parti d'extrême droite. Parmi le paquet de mesures proposées se trouve la suppression de la fonction de président d'honneur, occupée actuellement par Jean-Marie Le Pen.

    Dans les faits, ce congrès a bien eu lieu et les militants se sont prononcés. Ils ont été 30 000 sur les quelques 50 000 adhérents du FN à voter. Ces bulletins, envoyés par courrier étaient gardés sous scellés. Mais Marine Le Pen entend dépouiller le vote et publier le résultat. Le congrès postal était vraisemblablement très majoritairement favorable à la présidente du FN et aux nouveaux statuts du parti. Le résultat aura donc une « incontestable autorité politique » a dit la présidente du FN dans un communiqué de presse publié mardi.

    Mais ce vote n'a désormais plus aucune valeur juridique. Pour le tribunal, ce congrès postal ne respecte pas les statuts du parti en vigueur actuellement. Le parti va donc devoir organiser un congrès physique s'il souhaite trancher ces questions, notamment celle de l'éviction de Jean-Marie Le Pen.

    Voilà qui pourrait faire encore durer le conflit. Une mauvaise nouvelle pour Marine Le Pen qui doit faire sa rentrée politique dans quelques semaines, et annoncer son entrée en campagne dans le Nord-Pas-de-Calais, pour les régionales de décembre prochain.

    Troisième victoire de Jean-Marie Le Pen

    Le cofondateur du Front national n'avait que peu apprécié cette tentative de le mettre sur la touche et avait donc porté l’affaire devant la justice. C’est victoire judiciaire est la troisième de Jean-Marie Le Pen face au parti qu'il a cofondé. Outre cette double victoire portant sur le congrès, il avait obtenu début juillet l'annulation de sa suspension en tant qu'adhérent, prononcée début mai par les instances dirigeantes. Le FN a fait appel.

    Sa fille, Marine le Pen, désormais à la tête du parti, et son entourage, avaient décidé de mettre le père sur la touche à la suite de nouvelles provocations sur les chambres à gaz en avril dernier. Il leur faudra donc trouver autre chose. Pour le député FN Gilbert Collard, les propos de Jean-Marie Le Pen n'engage dorénavant plus son parti. « C’est la cour d’appel de Versailles qui décide que monsieur Jean-Marie Le Pen peut continuer à s’exprimer en disant ce qu’il veut, en étant encore membre du Front national, mais c’est désormais la responsabilité de la cour de Versailles, ce n’est plus la notre. »

    Jean-Marie Le Pen, lui, salue une « défaite personnelle » de Florian Philippot, son ennemi déclaré au sein du parti et un « succès pour tous les patriotes, tous les militants, tous les adhérents et les électeurs du Front national », qui, estime-t-il, assistent, « un peu désolés », à « l'orientation qui a été donné au mouvement depuis quelques mois ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.