GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Ebola pourrait être éradiqué d'ici la fin de l'année

    media Des soignants de Médecins sans frontières au Liberia où avait été constatée en juin 2015 une résurgence de cas d'Ebola. AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET

    L’épidémie d’Ebola qui a frappé principalement la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia, pourrait être vaincue d’ici la fin de l’année si tous les efforts déployés se poursuivent annonce l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L'épidémie a touché 28 000 personnes. 11 300 sont décédées.

    La chef de l’OMS parle de défaire le virus, c'est-à-dire arriver à 0 cas et rester à 0. Mais certains chercheurs trouvent l’annonce de l’organisation un peu prématurée.

    « Les annonces comme celle-là, il n'y a pratiquement que l'OMS qui a le droit de les faire, bien que parfois l'OMS ait pu se tromper. Ils avaient, dans les années 1970, déclaré qu'ils allaient éradiquer toutes les maladies infectieuses... Je pense qu'il faut toujours être prudent », estime Francisco Veas, directeur de recherche à l’IRD, responsable du projet IfEbola de la Commission européenne. Pourquoi une telle prudence ? « Parce que les maladies sont multiformes, il y a une grande variabilité du virus, comme on l'a vu dans la présente épidémie, qui est tout à fait différente de toutes les précédentes depuis 1976. On n'était clairement pas préparé », précise-t-il.

    « Dire que l'on peut contrôler les maladies, c'est très bien, mais il faut que les gouvernements et les grandes institutions trouvent des moyens plus importants pour la recherche, moyens qui restent aujourd'hui très limités, tous domaines confondus. Les solutions ne peuvent venir que de l'innovation », poursuit le chercheur. Un appel aux financements plus importants afin de ne pas être pris de court, c’est peut-être ce que l’on doit comprendre à travers l'annonce de l'OMS.

    → A relire : Il y a un an, l’OMS déclarait Ebola «urgence mondiale»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.