GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Soupçons de chantage sur le Maroc: les journalistes accusent le régime

    media Le journaliste français Eric Laurent (2006). AFP PHOTO / PIERRE VERDY

    Ils s'expriment publiquement pour la première fois. Catherine Graciet et Eric Laurent ont accordé des interviews à nos confrères du Parisien et de RTL, ce lundi. Les deux journalistes français, mis en examen pour tentative de chantage et d'extorsion de fonds sur le roi du Maroc, reconnaissent avoir accepté une transaction financière. Mais ils assurent tous les deux que c'est le régime marocain qui est à l'origine de la proposition d'abandonner leur projet de livre.

    « C'est mon ouvrage, ça me regarde, j'en fais ce que je veux. » La phrase est d'Eric Laurent, ce lundi sur la radio RTL. Le journaliste assure qu'il n'a « pas de leçon de déontologie à recevoir ». « J'ai exercé ce métier pendant trente ans, et j'avoue que là, j'en ai un peu assez », ajoute-t-il. Il reconnaît donc avoir accepté de l'argent pour abandonner son projet de livre mais assure n'avoir jamais voulu faire chanter le régime marocain. « Je ne suis pas celui qui amène, qui propose ce deal financier. »

    Même ligne de défense de la part de Catherine Graciet. Dans les colonnes du Parisien, ce lundi, la co-auteure du livre en préparation assure que « c'est le Palais qui propose, qui corrompt ». La journaliste reconnaît un « moment de faiblesse » lorsqu'elle accepta la transaction financière. Mais « c'est humain, non ? », questionne-t-elle avant de fondre en larmes, précise le journal.

    Enregistrement non valide ?

    Alors, qui propose la transaction en premier ? C'est le point crucial de ce dossier. Les policiers français sont en possession d'un enregistrement, daté du 11 août, dans lequel on entend Eric Laurent réclamer « 3 millions d'euros ». Mais l'enregistrement a été réalisé par un intermédiaire marocain, pas par la police française. Les juges pourraient donc décider d'en rejeter la validité.

    Enfin, les éditions du Seuil ont annoncé, ce 31 août en début d'après-midi, qu'ils renonçaient à la publication du livre sur le roi du Maroc en indiquant que « la relation de confiance » entre l'éditeur et les auteurs était « de facto dissoute ».

    Retrouvez l'entretien qu'Eric Laurent a accordé lundi à Florence Thomazeau de RFI : « Soupçons de chantage contre le roi du Maroc: Eric Laurent s’explique »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.