GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: Valls promet une série d'aides aux agriculteurs en difficulté

    media Le Premier ministre français Manuel Valls dévoile une série de mesures destinées à apaiser le monde rural, à l'Elysée, le 3 septembre 2015. REUTERS/Philippe Wojazer

    Les agriculteurs sont en colère et le font savoir. Ils ont manifesté ce jeudi 3 septembre à Paris avec près de 2 000 tracteurs. Manuel Valls a donc reçu leurs représentants à Matignon et a fait des propositions pour essayer de calmer cette crise. Le Premier ministre a promis une « pause » dans les normes, notamment environnementales, imposées aux agriculteurs, ainsi qu'une « année blanche » en 2015 pour le remboursement des dettes bancaires des agriculteurs en difficulté qui en feront la demande.

    Manuel Valls avait la mine grave lorsqu'il a pris la parole pour à l'issue de sa réunion avec les agriculteurs. Le Premier ministre a choisi ses mots pour bien montrer l'implication du gouvernement. « Je veux dire au monde paysan, la France ne lâchera pas ses agriculteurs. Tout sera mis en œuvre pour soutenir les agriculteurs et les éleveurs de noter pays ».

    D'abord la mise en oeuvre de nouvelles mesures d'urgence, après le plan de soutien du mois de juillet, pour aider les exploitations exsangues. Prise en charge des intérêts d'emprunts à hauteur de 100 millions d'euros ; triplement de la prise en charge des cotisations sociales pour arriver à 50 millions ; allègement de charges, possibilité de reporter les annuités des emprunts de 2015, autrement dit une « année blanche ». Mais aussi l'augmentation des crédits de l'Etat en faveur des l'investissement et l'engagement de remettre à plat les réglementations avec les agriculteurs.

    Face au désarroi des agriculteurs, Manuel Valls a insisté sur sa volonté de leur redonner les moyens de vivre de leur travail dignement. « Le message que je veux adresser, que nous voulons adresser aujourd’hui aux agriculteurs, aux éleveurs, c’est un message d’amour, c’est un message fort et sincère : vous avez le soutien de la nation ».

    Huées et sifflements

    Mais ces mesures et la déclaration d'amour du Premier ministre n'ont pas convaincu. Car si Xavier Beulin, président de la FNSEA, le premier syndicat agricole, s’est dit plutôt satisfait, la base a réagi tout autrement. Elle a accueilli les annonces par des huées et des sifflements.

    Les agriculteurs considèrent que ces mesures ne changent rien à leurs problèmes structurels et n’offrent aucun avenir à l’agriculture française. A y regarder de plus près, les 3 milliards d’euros destinés à soutenir l’investissement seront répartis sur trois ans, un milliard chaque année, mais l’état et l’Europe n’y contribueront qu’à hauteur de 350 millions d’euros. Pour le reste il faudra s’adresser aux banques. L’année blanche n’annule rien la dette qui continue de courir. Quant au moratoire sur les normes, il n’est valable que pour les six prochains mois.

    Les agriculteurs attendaient des mesures pour améliorer leur compétitivité, consolider leur trésorerie et des garanties sur un prix juste de rémunération. Ils sont repartis déçus, seul réconfort : l’accueil des Parisiens, qui leur ont témoigné tout leur soutien. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.