GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 11 Juillet
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: l'unité ratée du parti Les Républicains à La Baule

    media L'ancien Premier ministre et maire de bordeaux Alain Juppé, l'ex-chef d'Etat et président du parti Les Républicains Nicolas Sarkozy et l'ex-Premier ministre François Fillon, ce samedi à La Baule. REUTERS/Stephane Mahe

    Le parti Les Républicains tient son université d'été à la Baule en présence de ses ténors, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon, les futurs concurrents à la primaire pour 2017. Ils se sont retrouvés quelques minutes seulement, le temps d'une photo éclair, mais les trois hommes n'ont pas pris la peine d'écouter les discours de leurs rivaux.

    Avec notre envoyée spéciale à La Baule, Véronique Rigolet

    Une poignée de main, une tape dans le dos et puis c’est tout. La rencontre Sarkozy, Juppé, Fillon n’aura duré que huit minutes et les deux anciens Premiers ministres n’ont alors qu’une seule hâte : partir sans écouter le discours de Nicolas Sarkozy. « Excusez le départ de mes amis Alain Juppé et François Fillon qui prenaient le train à 16h30. »

    Nicolas Sarkozy a le tacle et l’ironie facile, d’autant plus qu’Alain Juppé et François Fillon viennent, en son absence, de passer la journée à faire leur campagne pour les primaires. « J’entends bien ceux qui me disent : "François, les régionales d’abord, les projets d’alternance ensuite." Mais ce n’est pas le discours des Français, claironne François Fillon. Les Français, ils ne veulent qu’une seule chose : ils veulent que la politique change. Ils veulent qu’on leur parle de la France et pas du nombre de vice-présidents de la région. »

    De quoi énerver le patron du parti Les Républicains qui rappelle que la seule priorité doit être les élections régionales. « J’ai protégé les départementales des primaires, on protégera les régionales des primaires et maintenant que tous se mettent au service du collectif. Et pour ceux qui n’auraient pas compris spontanément, il suffit de le leur répéter et vous allez voir, ils vont finir par comprendre. »

    Les trois rivaux doivent de nouveau se rencontrer le 27 septembre prochain pour une nouvelle tentative de démonstration d’unité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.