GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Astérix et les héros de BD sont immortels

    media Astérix et Obélix saluent les auditeurs et internautes de RFI. DR

    « Le Papyrus de César » , c'est le titre de la 36e aventure d'Astérix. L'album est tiré à plus de 4 millions d'exemplaires dans le monde et arrive ce jeudi 22 octobre dans toutes les librairies du monde, y compris le Brésil, l’Inde, l’Australie ou les États-Unis. Au scénario : Jean-Yves Ferri. Au dessin : Didier Conrad. Car l'auteur encore vivant du petit Gaulois, le dessinateur Albert Uderzo a décidé il y a quelques années de passer la main.

    Albert Uderzo, 88 ans, avait posé ses stylos en 2010. Après avoir longtemps déclaré que ses personnages ne lui survivraient pas, le dessinateur avait changé d'avis et, en accord avec la fille du scénariste René Goscinny, mort en 1977, il avait choisi un tandem d'auteurs déjà confirmés et quinquagénaires. Pari réussi en 2013 : Astérix chez les Pictes se vend à plus de 5 millions d'exemplaires.

    Jean-Yves Ferri et Didier Conrad ont donc repris leur ouvrage et imaginé la suite. La communication a été bien orchestrée pour alimenter l'attente. Une conférence de presse a été organisée début octobre pour dévoiler aux journalistes la couverture, quelques planches et l’intrigue de l’album consacré aux réseaux sociaux.

    Dans Le Papyrus de César, Astérix et Obélix veulent rectifier la vérité historique, alors que l’empereur romain est en train de rédiger La guerre des Gaules en omettant la défaite de ses troupes face au petit d’Armorique résistant à la conquête.

    Doublepolemix et Promoplus font leur apparition

    De nouveaux personnages font leur apparition : le « colporteur sans frontières » Doublepolemix, un journaliste gaulois inspiré par l’activiste Julian Assange et Promoplus, conseiller de César inspiré par le publicitaire Jacques Séguéla. Cocktail d’anachronismes, de clins d’œil à l’époque actuelle et de dérision, cette nouvelle aventure ravit Albert Uderzo : « J’ai été rassuré déjà avec Astérix chez les Pictes, même s’il a fallu faire des petites rectifications. Et là maintenant je peux les laisser faire, je suis rassuré. Je pourrai très bien pour le prochain leur dire : ”Vous pouvez y aller, vous n’avez plus besoin de moi” ».

    Car le papa d’Astérix et Obélix et Anne Goscinny veillent aux grains. Tout dépendra des ventes de l’album. Didier Conrad, qui a pris la succession d’Uderzo, imagine déjà d’autres aventures, pour confronter les Gaulois à la mondialisation, ou à la destruction de l’environnement, mais il sait que tout dépendra des résultats : « C’est un petit peu comme à Hollywood. Vous faites un film, et si ça se casse la figure, vous ne savez pas si vous en ferez un suivant. C’est un peu la même chose ici. Si l’album ne marche pas, je ne sais pas si on en fera un autre. C’est normal. On n’est pas auteurs, on n’est pas créateurs de la série, on est auteurs d’un album, et puis d’un album, et puis d’un album… ».

    « Le Papyrus de César », et après ?

    Reste que la série est si populaire, la communication et l’attente si bien organisées, qu’on voit mal comment Le Papyrus de César pourrait être un échec. Astérix est l’une des bandes dessinées les plus vendues au monde : depuis sa création, en octobre 1959, par le duo René Goscinny-Albert Uderzo, quelque 365 millions d'albums se sont écoulés dans le monde, traduits dans plus de 107 langues et dialectes.

    « Le Papyrus de César » , le 36e album d'Astérix. Scénario : Jean-Yves Ferri. Dessin : Didier Conrad. Editions Albert René

    Uderzo n’est pas le seul auteur de bande dessinée à organiser sa succession. Le scénariste Jean Van Hamme a aussi choisi celui qui lui a succédé à l’écriture des aventures de XIII, Yves Sente. Le même Yves Sente préside, avec André Julliard au dessin, à la résurrection d’une autre série culte : Blake et Mortimer.

    Dans la plupart des cas sinon, les reprises de personnages populaires du 9e art sont le fait d’éditeurs. Ainsi Benoît Mouchart, chez Casterman, a organisé la reprise de Corto Maltese, le marin aventurier et humaniste, vingt ans après la mort de son créateur, l’Italien Hugo Pratt. Avec Patrizia Zanotti, la légatrice universelle de son œuvre, ils ont fait appel à un duo espagnol : Ruben Pellejero au dessin, et Juan Diaz Canales, qui signe le scénario de Sous le soleil de minuit : « Hugo Pratt a inventé un nouveau genre : l’aventure idéologique. Bien sûr il y a de l’action, des lieux exotiques, des personnages très intéressants, très colorés. Mais en même temps ce sont des histoires qui mettent en perspective beaucoup de sujets : la guerre, le rapport de l’homme avec la nature ».

    Le retour de Bob Morane

    Après Blake et Mortimer, Lucky Luke, Achille Talon, Alix, Boule et Bill, et Ric Hochet voici donc de retour Astérix, Corto Maltese, et même Bob Morane. Le héros, mi-aventurier, mi-barbouze, imaginé par le romancier belge Pierre Vernes, revient à la vie le 30 octobre, mais dans une version modernisée, et à l’époque actuelle. Une renaissance voulue par Gauthier Van Meerbeeck, directeur éditorial des éditions du Lombard. Une résurrection sous la plume d’Aurélien Ducoudray au scénario, et Dimitri Armand au dessin.

    Finalement, il n’y a guère que Tintin qui résiste à toute reprise. Mais pour Gauthier Van Meerbeeck, c’est bien l’exception qui confirme la règle. Les héros de bande dessinée étant destinés à survivre à leurs auteurs, comme les superhéros des comics américains : « Tous les grands héros ont connu plusieurs vies, plusieurs auteurs, sans exception. On ne parlerait plus de Batman aujourd’hui s’il était resté animé uniquement par Bob Kane, son créateur il y a plusieurs décennies. C’est lié à la culture bande dessinée de créer des héros, des univers, voués à survivre à leur créateur. Mais cela doit se faire avec leurs ayants droit. Tous les grands héros font l’objet de reprise, sans que cela frappe autant que la concordance de Bob Morane, Corto, Ric Hochet. Cela fait peut-être beaucoup en même temps ».

    Plus de 5 000 albums par an

    Et l’éditeur de pointer la surproduction chronique d’albums : plus de 5 000 par an, qui poussent certains de ses confrères à préférer publier des reprises, plus rassurantes, plutôt que de prendre des risques en éditant des auteurs inconnus.
     

    Détail d’une planche de la bande dessinée « Bob Morane - Renaissance », publiée aux éditions Le Lombard. Editions Le Lombard.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.