GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Aide juridictionnelle: les avocats poursuivent leur mouvement

    media Le CNB s'est réuni le 23 octobre 2015 et a décidé d'appeler de nouveau à la grève contre leur participation demandée par le gouvernement à l'aide juridictionnelle. AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON

    La grève des avocats continue ce lundi et se poursuit au moins jusqu'à mercredi. Les « robes noires » contestent le projet de réforme de l'aide juridictionnelle, cette aide qui permet aux plus démunis d'être représentés en justice. Les avocats reprochent au texte de loi de financer la réforme avec leur argent. La ministre de la Justice Christiane Taubira a fait marche arrière sur cette annonce, mais les avocats n'y croient pas.

    Très marqués par les violences subies à Lille ou à Toulouse pendant les grèves la semaine passée, les avocats ont perdu confiance en leur ministère.

    Christiane Taubira a renoncé à la taxe de 5 millions d'euros qui devait être prélevée en 2016. Mais l'Assemblée nationale a bien voté cette ponction. C'est ce qui inquiète Pascal Eydoux, président du Conseil national des barreaux : « Il faut que la ministre tienne les engagements qu’elle a pris. Le texte de l’article 15 du projet de loi de finances a été voté par l’Assemblée. Donc désormais je veux savoir de quels leviers la ministre dispose pour respecter les engagements qu’elle prend ». La ministre pourrait passer par un amendement pour annuler la loi.

    Les négociations se poursuivent

    Autre point de tension : la baisse des tarifs des avocats qui agissent dans le cadre de l'aide juridictionnelle, comme dans le cas des gardes à vue. « La garde à vue, de 300 passait à 130 euros. 130 euros une garde à vue, on arrive à des taux horaires qui sont de 8 euros de l’heure. Ce n’est pas sérieux », estime encore Pascal Eydoux.

    Les négociations continuent ces trois prochains jours, et les avocats espèrent trouver une solution rapidement. Pascal Eydoux : « Nous devons sortir de ce dossier de l’aide juridictionnelle et tous en sortir par le haut. Ce que nous réclamons effectivement, c’est qu’il y ait un vrai budget pour l’aide juridictionnelle à défaut de quoi les avocats devront dire, on ne peut plus les représenter. Ça, ce n’est pas possible. »

    Si les négociations n'aboutissent pas, la grève pourrait être reconduite.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.