GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    «Air cocaïne»: la juge aurait demandé de géolocaliser Nicolas Sarkozy

    media Le président du parti Les Républicains Nicolas Sarkozy, le 5 septembre 2015. REUTERS/Stephane Mahe

    Nicolas Sarkozy a-t-il été soupçonné dans le cadre de l’affaire «Air Cocaïne» ? La question a été posée aujourd’hui par le Journal du dimanche (JDD). L’ancien président a fait l’objet d’une enquête de la justice afin de savoir s’il existait oui ou non un lien entre lui et les 700 kilos de cocaïne découverts en République dominicaine.

    L’hebdomadaire se base sur une copie de la procédure qu’il a pu consulter. On y découvre que les téléphones portables de l’ancien président ont été géolocalisés en mars et avril 2013. Des mois qui marquent le début de l’affaire « Air Cocaïne », puisque la drogue a été découverte le 19 mars 2013. Christine Saunier-Ruellan, la juge en charge du dossier, a également demandé ses fadettes téléphoniques pendant un an.

    Mais alors, que vient faire le nom de Nicolas Sarkozy dans cette affaire ? Il a effectué plusieurs vols à bord du Falcon 50. Le même avion que celui utilisé pour l’acheminement de la drogue. Trois voyages ont eu lieu avant l’arrestation des pilotes en République dominicaine. Un autre vol était également prévu deux jours après.

    Quels sont les résultats de cette procédure ? Si l’on en croit le JDD, la justice a fait « chou blanc ». Elle n’a pas trouvé d’élément reliant l’ancien président à ce trafic de stupéfiants.

    L’hebdomadaire affirme que Nicolas Sarkozy n’était pas au courant des soupçons qui pesaient contre lui et qu’il devrait en être particulièrement irrité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.