GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    «Air cocaïne»: Bruno Odos et Pascal Fauret écroués

    media Pascal Fauret (G) et Bruno Odos (D), respectivement pilote et co-pilote, ici lors d'une audition à Saint-Domingue en février 2014. AFP

    Les deux pilotes français, qui avaient fui la République dominicaine où ils avaient été condamnés à 20 ans de prison pour trafic de drogue, ont été interpellés ce lundi matin à la demande de la juge d'instruction chargée du dossier en France, et placés en détention provisoire.

    Christine Saunier-Ruellan a choisi la méthode dure. La juge d'instruction, chargée d'enquêter sur l'affaire « Air Cocaine » en France, a délivré et fait exécuter un mandat d'amener à l'encontre des deux pilotes. A 7 heures ce lundi, Pascal Fauret et Bruno Odos ont donc été interpellés à leurs domiciles respectifs par les gendarmes puis placés en détention provisoire. Ils devraient ensuite être acheminés à Marseille pour y être entendus par la juge d'instruction.

    La magistrate de Marseille aurait pu choisir de leur adresser une simple convocation puisque les deux pilotes, qui ont fui la République dominicaine il y a 10 jours, avaient publiquement annoncé qu'ils accepteraient de se rendre dans le bureau de la juge. L'un de leurs avocats dénonce d'ailleurs une procédure « inutile », destinée à « faire du spectacle ».

    Mandat d'arrêt international

    La semaine dernière, la République dominicaine avait délivré un mandat d'arrêt international contre les deux pilotes, qui ne seront pas extradés vers Saint-Domingue, comme l'a précisé le gouvernement français. La procédure utilisée aujourd'hui vise surtout à montrer que la justice française suit son cours et qu'elle prend au sérieux cette affaire de trafic de drogue, dans laquelle les deux pilotes sont mis en examen.

    Les deux hommes étaient les pilotes d'un Falcon 50 intercepté en mars 2013 à l'aéroport de Punta Cana avec 680 kg de cocaïne à bord. Dans ce dossier, deux autres Français ont également été condamnés à Saint-Domingue et sont, eux, toujours sur place dans l'attente de leur procès en appel. C'est aussi le cas de cinq ressortissants dominicains.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.