GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «C'est avec humilité et détermination que j'accepte la désignation», a déclaré l'ancienne secrétaire d'Etat, lors d'un discours solennel à Philadelphie ce jeudi 28 juillet.

    France

    Mathias Enard, le prix Goncourt 2015 pour un amoureux de l'Orient

    media L'écrivain Mathias Enard après l'annonce du prix Goncourt 2015 pour son roman «Boussole». AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

    Avec Mathias Enard, c’est le roman le plus érudit de la liste finale qui a été couronné ce mardi 3 novembre avec le prix Goncourt, la plus prestigieuse distinction littéraire en France. Le prix Renaudot revient à Delphine de Vigan pour D'après une histoire vraie. Boussole (Actes Sud), de Mathias Enard, raconte l’histoire d’un musicologue viennois qui parcourt l’Orient pour établir un inventaire amoureux et littéraire des contrées souvent délaissées. L’auteur de 43 ans a confié vouloir « réhabiliter l’Orient » et se dit « extraordinairement heureux » après l’annonce du prix.

    Dans le roman, c’est avec Le Voyage en hiver de Franz Schubert et « deux fumeurs d’opium chacun dans son nuage » que notre aventure commence. Un voyage bercé par les sentiments, le savoir et l’espérance pour trouver l’Orient de Mathias Enard, « une construction imaginale, un ensemble de représentations dans lequel chacun, où qu’il se trouve, puise à l’envi. »

    Percer les mystères et la fascination de l’Orient

    Et dans son sixième roman, l’auteur ne s’en prive pas. Pour percer les mystères et la fascination de l’Orient, Mathias Enard convoque aussi bien « le djinn Google comme le génie de la lampe », que Bouddha, Balzac ou Barbara. « Je vais prendre un exemple très actuel et frappant : les princesses voilées et les tapis volants des studios Disney peuvent être vus comme "orientalistes" ou "orientalisant", ils correspondent en réalité à la dernière expression de cette construction récente d’un imaginaire. Ce n’est pas pour rien que ces films sont non seulement autorisés en Arabie saoudite, mais même omniprésents. Tous les courts métrages didactiques (pour apprendre à prier, à jeûner, à vivre en bon musulman) les copient. La prude société saoudienne contemporaine est un film de Walt Disney. »

    Un puzzle littéraire d’un amoureux de l’Orient

    Avec Enard, né en 1972 à Niort, mais attiré depuis toujours par l’Orient, c’est Les Mille et une nuits, un puzzle littéraire d’un amoureux de l’Orient, guidé par la figure centrale du livre, Franz Ritter, universitaire orientaliste et musicologue autrichien. Enard se promène dans l’univers oriental comme d’autres dans les rues de Paris, Vienne ou Téhéran. Pour illustrer les échanges incessants entre l’Orient et l’Occident, il convoque aussi bien Nietzsche le Perse, Heinrich Heine l’orientaliste, ou Goethe : « Pour Goethe, l’Orient est à l’opposé de la mort ; regarder vers l’est, c’est détourner les yeux de la Faux. »

    Un océan de mots, raconté en une seule nuit, toujours à l’affût d’un tempo, d’une mélodie ou d’une pâtisserie. Enard essaie de nous mettre face à des vérités aussi érudites qu’insolites. Par exemple quand il fait apparaître Kutchuk Hanim, danseuse prostituée du Nil, susceptible de nous rapprocher à la compréhension du désir d’Orient, « un désir charnel, une domination par le corps, un effacement de l’autre dans la jouissance ».

    La fin d'un cycle

    Enard est arabophone, il a vécu à Damas, Berlin, Beyrouth et à Téhéran où il a appris le persan. Au moment de recevoir le prix Goncourt, il revient d’Alger et de Beyrouth. Son roman Boussole est censé clore le cycle sur les rapports entre l’Orient et l’Occident qu’il avait entamé en 2003 avec La perfection du tir. Pour Boussole, il est allé bien au-delà de la seule compréhension du phénomène oriental, mais se contente à la fin du roman d’un simple constat : « On est toujours surpris par ce qui vient toujours, la réponse du temps, la souffrance, la compassion et la mort ».

     

    ► Ecouter aussi l’émission spéciale de Littérature sans frontière avec Mathias Enard au Salon international du livre d’Alger, RFI, 1/11/2015

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.