GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    François Hollande en Corée, entre diplomatie et accords économiques

    media Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme Kim Jong-deok signent des accords sous la supervision de leurs chef d'Etat respectifs.. REUTERS/Chung Sung-Jun/POOL

    François Hollande a terminé son déplacement officiel en Corée du Sud, dernière étape d'une tournée asiatique qui a commencé par la Chine. A Séoul, la journée a été rythmée par des rencontres avec des entreprises et conclue par un sommet avec la présidente sud-coréenne. Objectifs de la visite présidentielle : préparer la conférence COP21 sur le climat à Paris à la fin du mois. Mais aussi renforcer les échanges avec un pays très dynamique économiquement.

    Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

    A Séoul, François Hollande a posé avec les chanteurs d'un boy's band, a rencontré des start-up innovantes et a discuté réchauffement climatique.

    La Corée du Sud est la quatrième économie d'Asie - une économie numérique et survoltée - mais elle reste aussi un pays méconnu : cette visite d'Etat, la première depuis quinze ans, était donc très utile pour resserrer les liens. Elle a été l'occasion de signer des accords facilitant les échanges d'étudiants et les partenariats dans les nouvelles technologies. Un incubateur de start-up françaises sera même installé à Séoul dès l'année prochaine.

    Cette visite économique était aussi utile pour les chefs d'entreprises qui accompagnaient la délégation, comme Philippe Tour, président d'Arkamys, PME spécialisée dans le logiciel audio : « Auprès de nos clients coréens, ça donne un peu de légitimité. Lorsqu'on est une petite entreprise, le fait d'avoir été sélectionné par l'Elysée pour représenter la France dans une délégation, ça lui donne une autre dimension. »

    Dans le domaine diplomatique enfin, la France a réassuré Séoul de son soutien en matière de défense des droits de l'homme et de dénucléarisation en Corée du Nord, deux sujets très sensibles pour la Corée du Sud.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.