GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Affaire Bygmalion: les juges étendent leurs investigations

    media Si ces nouveaux soupçons devaient se matérialiser, cela fragiliserait sérieusement la défense de Nicolas Sarkozy. REUTERS/Stephane Mahe

    En France, l'enquête sur les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 prend une nouvelle ampleur. Les juges viennent d'élargir leurs investigations à d'autres dépenses suspectes que celles liées aux fausses factures émises par l'entreprise événementielle Bygmalion.

    Les millions d'euros suspects s'accumulent. Ils connaissent même une progression exponentielle. Jusqu'alors, les enquêteurs se concentraient sur les 18,5 millions d'euros de fausses factures de la société Bygmalion. Une somme déjà considérable dont la justice pense qu'elle a servi à masquer l'explosion du plafond légal de dépenses autorisées pour la campagne présidentielle, à savoir 22,5 millions d'euros.

    Depuis, de nouveaux soupçons sont apparus. Cette fois, les interrogations surgissent du côté des comptes de l'UMP pour l'année 2012. Une ligne comptable intitulée « présidentielle » indique plus de 13 millions d'euros de dépenses. Une somme qui n'a pas été reportée sur les comptes de campagne du candidat Sarkozy. Près de deux millions d'euros de factures émises par la société Agence Publics pour le grand meeting de Villepinte ont aussi été découverts. Là encore, ces sommes n'ont pas été intégrées aux comptes de campagne.

    Le 26 octobre dernier, le parquet de Paris a pris un réquisitoire supplétif pour enquêter. Si ces nouveaux soupçons devaient se matérialiser, cela fragiliserait sérieusement la défense de Nicolas Sarkozy qui jusqu'à présent qualifie de « farce » la thèse d'un dérapage financier de sa campagne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.