GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats de Paris: Coulibaly avait un commanditaire, selon «Le Monde»

    media Capture d'écran d'une vidéo d'Amedy Coulibaly mise en ligne après sa mort. REUTERS/Réseaux sociaux via Reuters TV

    Dix mois après les attentats contre le journal Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes à Paris, le journal Le Monde, qui a pu accéder au dossier d’enquête, fait état d’avancées majeures de la part des cyber-enquêteurs.

    Les enquêteurs ont scruté les SMS et les mails échangés par les auteurs des attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, les frères Kouachi et Amedy Coulibaly. Ils sont aujourd’hui sur la piste d’un commanditaire, basé à l’étranger, qui aurait coordonné les tueries.

    Dans son article paru ce jour (édition abonnés), Le Monde cite des messages échangés avec ce mystérieux coordinateur. Le 7 janvier, jour de l’attentat contre Charlie Hebdo, celui-ci lisait un mail d’Amedy Coulibaly intitulé « inventaire ». « J’ai un AK47 avec 275 cartouches », disait notamment l’auteur de l’attaque contre le supermarché de la Porte de Vincennes. Une heure plus tard, c’est en langage SMS qu’il lui donne des ordres lapidaires comme : « fé ske ta a fair aujourdhui ensuit tu plank ».

    La lecture de ces correspondances électroniques démontre également qu'Amedy Coulibaly devait recevoir des renforts, qui ne sont jamais venus.

    Les enquêteurs avancent des noms de commanditaires éventuels, déjà connus des services antiterroristes. Le premier est Peter Cherif, ancien de la bande dite des « Buttes-Chaumont » dont faisait partie Cherif Kouachi. Cet ancien délinquant parti en Irak en 2004, capturé puis extradé vers la France, s'était évadé le dernier jour de son procès. Le deuxième est Salim Benghalem, le geôlier présumé des quatre Français retenus comme otages en Syrie et relâchés en 2014. Ce dernier aurait été la cible principale des frappes françaises en Syrie début octobre. Mais pour l’instant, rien n’est démontré.

    Pour Elise Vincent, l'auteur de l'article, le commanditaire est un francophone qui a fréquenté à la fois al-Qaïda dans la péninsule arabique et le groupe Etat islamique. C'est ce qu'elle explique à RFI :

    « La question qui se pose derrière ce pilotage à distance des attentats, c'est que le commanditaire était visiblement au courant à la fois de l'attaque de Charlie Hebdo qui a été revendiquée au nom d'AQPA au Yémen, et du projet d'Amedy Coulibaly, qui, lui, a été revendiqué au nom du groupe Etat islamique. Ce sont a priori des organisations totalement différentes.

    Or, si quelqu'un est au courant des deux projets, cela laisse entendre qu'il a pu fréquenter les deux organisations. Or il n'y a pas énormément de personnes qui peuvent avoir ce profil aujourd'hui, surtout des personnes francophones, puisque les messages sont écrits en français. Pour l'instant, seuls Peter Cherif et Salim Benghalem peuvent correspondre à ce profil. Mais peut-être que ce sont d'autres personnes. L'enquête le dira. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.