GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: l'unité écornée du parti Les Républicains réuni à La Mutualité

    media Le temps de l'unité affichée : François Fillon (1er g), Alain Juppé (2e g) et Nicolas Sarkozy (d). les ténors du parti Les Républicains autour de Valérie Pécresse, à Nogent-sur-Marne, le 27 septembre 2015. AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET

    Le conseil national du parti Les Républicains se tient aujourd'hui à Paris, à la Maison de la Mutualité. Il s'agit notamment d'entériner les listes pour les régionales des 6 et 13 décembre, alors que le parti de Nicolas Sarkozy est le favori de ces élections. Mais ce matin, le rassemblement ostensiblement affiché est sensiblement écorné.

    « On est samedi matin, la semaine a été chargée, donc c’est bien de prendre un petit café, ce n’est pas interdit de prendre un café le samedi matin, non ? » Bruno Le Maire a pris tranquillement son café, alors que le Conseil national a déjà commencé. L’après-midi il sèchera le discours de Nicolas Sarkozy pour se rendre au salon du Made In France. Après François Fillon en déplacement à La Réunion, la liste des absents s’allonge : en raison d’une panne à l’aéroport d’Orly, Alain Juppé est resté ce matin à Bordeaux.

    Alors que le mot d’ordre aujourd’hui est le « rassemblement de la famille » pour les régionales, la primaire est dans toutes les têtes, sans parler du couac dans la région Languedoc-Midi-Pyrénées, la tête de liste Dominique Reynié venu de la société civile, a cru pouvoir composer ses listes en s’asseyant sur les consignes données par Paris.

    Réponse cinglante ce matin de Nicolas Sarkozy : « En politique il y a quelque chose à laquelle j’attache beaucoup de prix : le respect de la parole donnée. Je veux voir sur les listes les candidats qui auront été investis par notre famille politique. C’est le respect, c’est la dignité, c’est l’honnêteté. Je veux dire que ce n’est pas une auberge espagnole ici. Il y a une discipline, il y a une organisation… »

    Pour la discipline il faudra repasser, l’image peut être cruelle, la semaine où Nicolas Sarkozy fait campagne sur l’autorité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.