GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Septembre
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Dieudonné débouté par la Cour européenne des droits de l'homme

    media Dieudonné lors d'une conférence de presse à Paris, le 11 janvier 2014. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    La Cour européenne des droits de l'homme a rejeté mardi 10 novembre ce qu'elle nomme la « démonstration de haine et d'antisémitisme de Dieudonné ». Faire applaudir sur scène un négationniste notoire, Robert Faurisson, ne relève pas de la liberté du spectacle, tranche la plus haute juridiction européenne en déboutant le polémiste français.

    Le soir du 26 décembre 2008 au Zénith de Paris, Dieudonné avait convié sur scène Robert Faurisson, célèbre négationniste. Dieudonné l'avait ensuite fait applaudir par son public avant de lui faire remettre un « prix de l'infréquentabilité » par un acteur déguisé en déporté juif.

    Un dérapage sanctionné par la justice française qui avait infligé au polémiste une amende de 10 000 euros pour injure à caractère racial.

    Faisant valoir sa liberté d'expression, Dieudonné s'est alors tourné vers la Cour européenne des droits de l'homme dont les décisions s'imposent aux Etats. Mais la haute juridiction l'a ce mardi sèchement débouté.

    Pas d'atteinte à la liberté d'expression

    La CEDH estime qu'il n'y a pas d'atteinte à la liberté d'expression puisque la soirée avait perdu son caractère de divertissement pour devenir un meeting qui, sous couvert de représentation humoristique, valorisait le négationnisme.

    Une « prise de position haineuse et antisémite », relèvent les juges, ajoutant qu'elle est aussi dangereuse qu'une attaque frontale contre la mémoire de l'holocauste et ne mérite donc pas d'être protégée par la liberté d'expression.

    Dans cette décision définitive, la CEDH déclare donc la requête irrecevable, en soulignant que la Convention européenne des droits de l'homme, dont elle est la garante, ne protégeait pas les spectacles négationnistes et antisémites.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.