GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Juillet
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: la Maison Blanche exhorte l'Iran à libérer des détenus américains
    • Attaque dans une colonie: un troisième Israélien succombe à ses blessures
    • Etats-Unis: la CIA a cessé son soutien à des rebelles syriens (chef des forces spéciales américaines)
    France

    France: la loi Evin en sursis

    media Un amendement à la loi Evin visant à distinguer publicité et information autour de l'alcool est en discussion à l'Assemblée nationale. Pixabay.com

    Les députés français ont maintenu, lundi 9 novembre, en commission, un amendement visant à assouplir la loi Evin en distinguant publicité et information sur le vin. Au grand dam de la ministre Marisol Touraine et de son projet de loi Santé.

    Le feuilleton parlementaire autour de la loi Evin se poursuit. Le bras de fer sur cet amendement destiné à modifier les règles de publicité sur l'alcool entre dans sa dernière ligne droite.

    D'un côté, il y a les producteurs de vin et toute l'industrie des boissons alcoolisées en France. Selon eux, la loi qui date de 1991 bride la communication des régions viticoles françaises. Au détriment par exemple de l'œnotourisme, le tourisme autour du vin.

    Face à eux, les associations de lutte contre l'alcoolisme appellent à la mobilisation générale. Elles rappellent que l'alcool tue chaque année en France près de 50 000 personnes.

    Sur le plan politique, la bataille oppose lobbies et parlementaires. Un amendement, introduit dans la loi Santé de Marisol Touraine a été repoussé in extremis en première lecture, au mois d'avril à l'Assemblée nationale. Un texte similaire a alors vu le jour dans le cadre du projet de loi Macron. Mais il a été retoqué par le Conseil constitutionnel.

    Alors que plus de 60 parlementaires écrivaient à François Hollande pour lui demander de modifier la loi, le Sénat a adopté l'amendement controversé à une écrasante majorité, le 15 septembre dernier.

    Depuis lundi 9 novembre, le texte est à nouveau discuté en commission à l'Assemblée nationale. Le vote est prévu la semaine prochaine. Et son issue est plus qu'incertaine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.