GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Athlétisme/3000m steeple dames: record du monde pour la Bahreïnie Ruth Jebet (8:52.78)
    France

    Air France: sanctions lourdes contre quatre salariés

    media Xavier Broseta, directeur des ressources humaines à Air France, le 5 octobre 2015. REUTERS

    Le couperet est tombé pour quatre salariés d'Air France suspectés d'être impliqués dans les violences commises début octobre en marge d'un comité central d'entreprise début octobre. Tous ont été licenciés pour faute lourde. Un cinquième salarié est aussi dans le collimateur de la direction.

    Déjà mis à pied, les quatre salariés sanctionnés ont été licenciés pour faute lourde, c'est-à-dire sans indemnités ni préavis. Ils sont par ailleurs tous visés par une enquête judiciaire et seront jugés en correctionnelle pour violences le 2 décembre prochain.

    Un cinquième employé, représentant du personnel, est lui aussi dans le collimateur de la direction. Mais son licenciement est plus compliqué à mettre en oeuvre en raison de son statut de salarié protégé.

    Chemises arrachées

    En tout, 18 procédures disciplinaires ont été engagées par la compagnie.Deux pilotes notamment, auxquels il est reproché d'avoir ouvert de l'intérieur les portes d'accès au siège d'Air France, devraient également être sanctionnés.
       
    L'affaire remonte au 5 octobre. A l'issue d'un comité central d'entreprise houleux, au cours duquel la direction avait annoncé la suppression de près 3000 postes, des salariés en colère avaient molesté deux dirigeants. L'image de leurs chemises arrachées avait fait le tour du monde.

    Le Premier ministre Manuel Valls avait promis des «sanctions lourdes» contre ceux qu'il avait alors qualifiés de «voyous». Des sanctions aujourd'hui à l'oeuvre à une semaine d'une nouvelle journée de mobilisation des salariés d'Air France. Les négociations syndicats-direction promettent d'être tendues.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.