GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Attentats à Paris: ce qu'on sait des assaillants

    media La police scientifique à la recherche d'indices à l'intérieur du café La Belle Equipe, visé par l'une des attaques du 13 novembre 2015 à Paris. AFP PHOTO / JACQUES DEMARTHON

    Au moins huit assaillants ayant mené des attaques dans sept lieux différents de Paris sont morts vendredi soir. Sept d'entre eux ont actionné la ceinture d'explosifs qu'ils portaient. Ils ont pour autant fait 128 morts au moins, selon un bilan provisoire, et environ 300 blessés dont 80 se trouvent dans un état d'urgence absolue.

    Jean-Charles Brisard, président du centre d'analyse du terrorisme (CAT). cat-int.org
    Jean-Charles Brisard, président du centre d'analyse du terrorisme 14/11/2015 - par RFI Écouter

    Pour le moment, on ne sait pas grand-chose des assaillants, si ce n'est que l'attaque a été revendiquée par le groupe Etat islamique. Rien n'a été dévoilé par les services judiciaires.

    La priorité des policiers, cette nuit, était de cibler le plus vite possible l'environnement des terroristes, tenter d'identifier d'éventuels complices ou coauteurs toujours dans la nature. Une tâche difficile car on sait qu'ils utilisent des modes d'action très cloisonnés.

    Une méthode qui rappelle celle de groupes jihadistes

    Premier constat cependant, le mode d'action rappelle celui prôné par le groupe Etat islamique. C'est la méthode Charlie : utiliser plusieurs kamikazes lors d'actions coordonnées.

    Selon les premiers témoignages recueillis, en tirant dans la foule, les terroristes ont crié « Allah Akbar ». Ils ont aussi invoqué l'intervention militaire française en Syrie pour justifier leur action, a précisé une victime ajoutant : « Je les ai clairement entendu dire : c'est la faute de François Hollande, il n'a pas à intervenir en Syrie. »

    Tous les regards se tournent donc vers le groupe Etat islamique et une vidéo interpelle les services de renseignement : la dernière postée par le groupe jihadiste qui menaçait officiellement la Russie. Dans cette vidéo apparaissent plusieurs images de Paris et des attentats de janvier dernier. Il pourrait s'agir d'un message codé. Un feu vert pour les terroristes pour passer à l'action.

    Un scénario redouté

    Des attaques simultanées, une prise d’otages par plusieurs tireurs et des kamikazes. C’était le scénario redouté par le contre-espionnage français. Au cours des dernières semaines, plusieurs experts avaient prévenu que des attentats islamistes se préparaient sur le sol français, que le groupe Etat islamique s'apprêtait à frapper la France une nouvelle fois, dix mois après les attentats de Charlie Hebdo.

    Pourtant, les services de renseignement n'ont pas réussi à prévenir cette attaque. Depuis janvier dernier, la France était particulièrement menacée. Le plan Vigipirate était d'ailleurs à son maximum en Ile-de-France. Ce scénario d'attaques simultanées était particulièrement redouté à l'image de celui qui avait causé la mort de 68 personnes dans un centre commercial à Nairobi en septembre 2013.

    Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête et trois services ont été saisis : la sous-direction à l’antiterrorisme, la Direction générale de la sécurité intérieure et la section antiterroriste.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.