GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attaques à Paris: la vie reprend son cours ce lundi

    media Des policiers patrouillent à la gare du Nord. Chaque jour, 700 000 voyageurs transitent dans cette gare internationale. REUTERS/Yves Herman

    Le retour à l'école et au travail a un goût particulier ce lundi matin à Paris, une ville ensanglantée par les attaques de vendredi soir. A la gare du Nord, la présence policière se veut discrète. Une façon d'encourager les Parisiens à reprendre normalement le cours de leur vie.

    Des cellules psychologiques sont mises en place ce lundi dans plusieurs établissements scolaires, notamment les écoles, collèges et lycées proches des lieux qui ont été frappés. « Quand on est sortis, on a vu un [homme] en arme, donc il a bien fallu lui expliquer les choses. De toute façon, on est obligés de leur dire, c'est du jamais vu. C'est écœurant, tant de personnes », témoigne ce père de famille, bouleversé.

    Une maman du quartier, représentante élue au sein d'une des fédérations de parents d'élèves, a été en contact pendant le weekend avec les directeurs et directrices des écoles du secteur. Elle a expliqué à RFI les mesures mises en place pour ce retour en classe :

    « Dans une des écoles, il va y avoir un accueil un peu personnalisé des parents, pas forcément devant les enfants. Eux vont être accueillis par les enseignantes. Et avant la minute de silence, il devrait y avoir un long moment d'échange à propos de ce qu'il s'est passé », explique-t-elle. Par ailleurs, les sorties et les voyages scolaires sont annulés pour toute la semaine en région parisienne.

    Présence policière discrète

    A la gare du Nord, c'est un début de journée presque normal. Tout le monde se presse pour prendre son train, son Thalys, pour Bruxelles notamment, ou l'Eurostar pour Londres. Les visages sont fermés, concentrés. Les voyageurs confient : « La vie doit reprendre son cours » ou lancent : « il faut bien aller travailler. »

    Beaucoup de passagers se disent résignés : « On sait bien que n'importe quoi peut arriver n'importe quand. Il faut vivre avec et tout ce qu'on peut faire, c'est être vigilants et solidaires (...) Il y a des choses que j'éviterai peut-être : les grands magasins la veille de Noël, ce genre de choses. Sinon, ils ont gagné si on ne fait plus rien », explique Annie, avant de prendre son train Eurostar.

    La présence policière est plutôt discrète ce lundi : pas de contrôle aux abords des quais, pas de contrôle des passagers, ni des bagages. Deux cars de CRS sont stationnés aux abords. Beaucoup de passagers se disent surpris de ne pas être plus contrôlés. Même la présence des contrôleurs à bord des trains se fait très discrète. La gare du Nord est un carrefour majeur dans Paris. Chaque jour, 700 000 voyageurs y transitent.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.