GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 28 Novembre
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats à Paris: les soignants remerciés par Jean-Yves Le Drian

    media Outre 129 tués, les attaques du vendredi 13 novembre ont fait plus de 350 blessés répartis dans les différents services d'urgence de la région parisienne. Reuters

    Médecins, infirmiers, psychologues... Trois jours après les attentats de Paris, ils restent au chevet des blessés et aident les familles. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, s'est rendu ce lundi 16 novembre à l'Hôpital d'instruction des armées Bégin à Saint-Mandé, dans la banlieue parisienne, où une partie des victimes est soignée, pris en charge par des équipes de professionnels aguerris aux situations les plus difficiles.

    Il est minuit trente quand les premières ambulances arrivent le vendredi 13 novembre à l'hôpital Bégin à Saint-Mandé, en région parisienne. Les équipes les attendent, mobilisées en moins de deux heures. L'infirmier Abdou a connu l'Afghanistan et Ebola. Mais cette nuit-là, il soignera les civils : « C'est quelque chose auquel personne ne peut s'attendre, quelque chose de très particulier, je dirais plutôt quelque chose de difficile auquel nous avons essayé de faire face autant que nous pouvons».

    Il y a 38 blessés, dont une dixaine en urgence absolue. « Les continuités des soins sont assurés. Il y a trois patients qui sont en réanimation qui vont avoir besoin de soins réguliers. Et puis il y a des patients moins graves mais qui ont eu des fracas de membres qui nécessitent une hospitalisation moins longue. Les psychiatres et psychologues sont sur le pont et prennent le relai», explique le docteur Vincent Duverger, médecin chef à l'hôpital Bégin.

    C'est pour dire sa reconnaissance que le ministre de la Défense a tenu à observer une minute de silence en mémoire des victimes aux côtés des personnels soignants et des blessés. « Les personnels ont fait preuve d'une mobilisation, d'une réactivité, d'un sang froid et d'un calme remarquable. C'est pourquoi j'ai tenu à les féliciter », explique Jean-Yves Le Drian. Une cellule d'assistance a été mise en place à l'hôpital Bégin, ainsi qu'à l'Ecole militaire pour venir en aide aux blessés psychologiques des attentats de Paris.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.