GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Attentats: Hasna Aït Boulahcen, du chapeau de paille au voile intégral

    media Hasna Aït Boulahcen telle qu'elle apparaît sur le site DH.be du quotidien belge «La dernière heure» BH.de

    Elle s’appelait Hasna Aït Boulahcen, elle avait 26 ans et elle a été tuée mercredi dernier lors de l’assaut du Raid à Saint-Denis. Mais contrairement à ce qui avait été envisagé dans un premier temps, cette jeune femme présentée comme la cousine d’Abdelhamid Abaaoud, commanditaire des attentats terroristes du 13 novembre n’était pas morte en kamikaze. Son rôle dans les attentats n’est pas non plus très clair.

    Née en 1989 en région parisienne, Hasna Aït Boulahcen a eu une enfance compliquée. Victime de mauvais traitements, à 8 ans elle est placée dans des familles d’accueil. L’une d’elles se souvient d’une gamine qui refuse tout geste de tendresse et qui fait des cauchemars.

    A 15 ans, Hasna quitte soudainement son foyer d’adoption, part vivre un peu chez son père, un peu chez sa mère et beaucoup dans des squats et dans la rue. Elle aime la fête, boit de l’alcool et touche à la drogue. Extravertie et instable, elle rêve de devenir chanteuse, porte des tee-shirts moulants, des jeans et des chapeaux de paille. « Chapeau de paille », c'est le surnom que ses amis lui avaient donné.

    Tout bascule il y a six mois. Les tenues décontractées sont remplacées par le voile intégral. Hasna annonce un jour à l’une de ses amies son projet de partir en Syrie pour faire le jihad. Elle s’inscrit aussi à Pôle emploi et cherche du travail.

    Le 17 novembre, elle reçoit un appel d’Abdelhamid Abaaoud qui lui demande de l’aide. Elle accepte, elle meurt à ses côtés dans l’appartement pris d’assaut par les policiers du Raid. L’enquête en cours permettra peut-être de déterminer si elle a joué ou non un rôle dans les tueries qui trois jours auparavant ont coûté la vie à 130 personnes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.