GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 1 Août
Mardi 2 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Attentats de Paris: quel rôle pour Salah Abdeslam?

    media Une photo de Salah Abdeslam diffusée par la police française. AFP PHOTO / POLICE NATIONALE

    L'enquête sur les attentats de Paris se poursuit aussi bien en France qu'en Belgique. Ces dernières heures, la police belge a interpellé plus de vingt personnes dans un Bruxelles en état d'alerte maximale mais Salah Abdeslam, suspect clé des attentats parisien, reste introuvable. Côté français, les enquêteurs tentent d'éclaircir le rôle exact joué par Salah Abdeslam le vendredi 13 novembre à Paris.

    Deux scénarios se profilent pour les enquêteurs. Dans la première hypothèse, Salah Abdeslam ferait partie du commando des terrasses qui a tiré sur les bars et restaurants des Xe et XIe arrondissements de Paris. Ce commando était composé de trois personnes. Les images de vidéosurveillance font clairement apparaître deux tireurs à bord de la Seat noire, plus un conducteur.

    Salah Abdeslam, dans le commando des terrasses

    Brahim Abdeslam
    , le frère aîné de Salah était l'un des kamikazes de ce commando, il a déclenché sa charge explosive dans un café proche de la place de la Nation. Abdelamid Abaaoud, le coordonateur présumé des attaques, était aussi à bord de cette voiture, la Seat noire retrouvée abandonnée à Montreuil. Vendredi 13 novembre, Abaaoud apparaît dans une station de métro toute proche. Son image est captée par une caméra vidéo. D'autre part, son ADN est retrouvé sur les armes abandonnées dans la voiture. Par conséquent, le troisième homme composant ce commando pourrait être Salah Abdeslam.

    Salah Abdeslam au Stade de France

    Dans la seconde hypothèse, Salah Abdeslam, après avoir conduit le commando du Stade de France à bord d'une Renault Clio grise, se serait dirigé vers le XVIIIe arrondissement dans le nord de Paris, où cette Clio a été retrouvée. Il est possible que son rôle ait été de se faire exploser dans ce quartier. Si ce scénario se révèle exact, reste à expliquer pourquoi il n'est pas allé jusqu'au bout. A-t-il eu peur ? Ou bien sa ceinture d'explosifs a-t-elle été défaillante ? Toujours est-il que selon les deux hommes qui l'ont exfiltré vers la Belgique le lendemain des attentats, Salah Abdeslam était extrêmement nerveux et semblait prêt à se faire sauter.

    Appel à témoin pour deux kamikazes du Stade de France

    Les photos de l’appel à témoin montrent les visages d'hommes très jeunes. On ne sait rien de leur véritable identité, leur ADN est inconnu de la police française. Tous deux ont suivi le même chemin que les migrants, ils ont été contrôlés début octobre en Grèce, ils détenaient des passeports syriens. L'un de ces passeports porte d'ailleurs l'identité d'un soldat du régime syrien mort au combat.

    Six jours de garde à vue pour Jawad Bendaoud

    De son côté, Jawad Bendaoud, est toujours entendu par la police et ce jusqu'à mardi, sixème et dernier jour de garde à vue. Mesure rarissime même en matière de terrorisme. Bendaoud a joué un rôle clé : il a fourni l'appartement de repli à Abdelhamid Abaaoud et son groupe. Jawad Bendaoud est bien connu des services de police : il a été condamné en 2008 pour homicide involontaire à huit ans de prison pour avoir poignardé à coups de hachoir un adolescent de 16 ans.

    Traquer le financement terroriste

    Le ministre des Finances, Michel Sapin, a annoncé ce lundi 23 novembre une série d'initiatives devant améliorer la traque des financements du terrorisme. Dans le collimateur du ministère des Finances, les cartes bancaires prépayées dont certaines peuvent être rechargeables parfois sans vérification d'identité ont joué un rôle déterminant dans la préparation des attentats.

    Autre mesure : les agents de Tracfin, la cellule de Bercy en charge de la lutte contre le blanchiment et le financement illicite, pourront consulter directement le fichier des personnes recherchées, l'objectif étant de travailler en temps réel sur l'environnement financier des suspects porteur d'une fameuse fiche S.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.