GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Aujourd'hui
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Au Mali, au moins quatre casques bleus de nationalité togolaise ont été tués, ce dimanche 29 mai, dans la région de Mopti, dans le centre du pays. Ils ont été victimes d'une mine suivie d'une attaque par des assaillants, selon des sources policière et onusienne.

    Dernières infos
    France

    Attentats de Paris: le système judiciaire français mis en cause

    media L'enquête sur les attentats de Paris a mis en lumière de nombreuses failles du système judiciaire français. AFP PHOTO / DENIS CHARLET

    L'enquête sur les attentats de Paris met à jour un certain nombre de dysfonctionnements au sein des services de l'Etat. De nombreuses carences sont apparues aussi bien au niveau des services de renseignement que des services judiciaires chargés de surveiller des individus connus pour leur radicalisme.

    Le cas de Samy Amimour, l'un des kamikazes du Bataclan, illustre à lui seul les carences du système judiciaire français. Amimour, 28 ans, un jeune homme sans histoire, chauffeur à la RATP, sa radicalisation est récente, elle a commencé en 2012.

    En octobre 2012, la police fait irruption à son domicile, il est soupçonné de nourrir un projet de départ vers le Yémen. Il est alors mis en examen pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, et est placé sous contrôle judiciaire. Son passeport et sa carte d'identité lui sont donc retirés.

    Pour obtenir de nouveaux papiers, il a suffi à Samy Amimour d'en déclarer la perte. Aucun signal d'alerte ne se déclenche. Les juges antiterroristes n'apprendront qu'il ne pointe plus au commissariat de son quartier qu'un mois et demi après sa disparition. Là encore, personne ne s'est inquiété.

    En septembre 2013, il rejoint la Syrie. La justice n'émettra que trop tard un mandat d'arrêt international à son égard, mandat qui n'empêchera pas son retour en France. Après de telles défaillances, une commission d'enquête seule ne suffira pas à gommer les carences, faiblesses et lacunes de la lutte antiterroriste.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.