GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Génocide rwandais: l'armée française de nouveau accusée

    media Soldats français dans un camp de réfugiés hutus près de la ville de Butare, Rwanda. 03/07/1994 HOCINE ZAOURAR / ARCHIVES / AFP

    Plus de 20 ans après le génocide qui a fait plus de 800 000 morts, en 1994 au Rwanda, de nouveaux documents viennent mettre en cause l’armée française à Bisesero. A tel point que trois trois organisations (FIDH, LDH et Survie) ont demandé, le 24 novembre dernier, la mise en examen de deux officiers français de l'époque pour « complicité de génocide ».
     

    En 1994, le colonel Jacques Rosier commande les forces spéciales envoyées au Rwanda. Marin Gillier, lui, dirige un commando de fusiliers marins déployé sur le terrain. Jusqu'à présent, les deux militaires étaient formels. Ils n'avaient eu connaissance de la situation à Bisesero que le 30 juin 1994, quelques heures avant l'intervention de l'armée française sur le terrain.

    Mais leur version est mise à mal aujourd’hui par plusieurs documents, notamment la déposition d'un 3e militaire. Devant les juges, le lieutenant-colonel Jean-Rémy Duval affirme être allé sur le terrain dès le 27 juin, soit trois jours plus tôt, y avoir recueilli des témoignages de Tutsis, et d'avoir immédiatement informé ses supérieurs des risques de massacre à Bisesero.

    « C'est vrai qu'en voyant cette scène, il me parait incroyable de ne pas avoir réagi »

    Plus troublante encore, une vidéo filmée par l'armée française le 28 juin, dans laquelle on voit Jacques Rosier écouter un sous-officier décrire les exactions, sans réagir. Devant les juges qui l’ont interrogé en juillet dernier, le chef des forces spéciales a rappelé qu'il était « sous pression », mais reconnaît : « C'est vrai qu'en voyant cette scène, il me paraît incroyable de ne pas avoir réagi ».

    L'armée française n’interviendra que le 30 juin à Bisesero, sauvant 800 Tutsis, et ne pouvant éviter le massacre d'un millier d'autres.

    Pour les parties civiles, l'attitude de la hiérarchie militaire française relève de la complicité de génocide plutôt que de la non-assistance à personne en danger, qui serait déjà prescrite juridiquement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.