COP21: les transports, un enjeu majeur - France - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

COP21: les transports, un enjeu majeur

media Les transports représentent près d'un quart des émissions de gaz à effet de serre. AFP/Marcel Antonisse

Les négociations de la COP21 se poursuivent, difficilement au Bourget. Mercredi 2 décembre, Laurent Fabius avait appelé à plusieurs reprises à accélerer le mouvement. Mais en marge de ces conciliabules à portes closes, il y a également les journées thématiques. Ce jeudi, ce sont les transports qui font l'objet de discussions. Les transports représentent près d'un quart des émissions de gaz à effet de serre.

En 2050, la part des transports dans les émissions de gaz à effet de serre pourrait atteindre un tiers ! C'est le domaine où elles augmentent le plus, notamment dans l'aérien, d'où la multiplication des intiatives comme par exemple, Mobilise Your City, un projet lancé ce jeudi 3 décembre et qui concerne une centaine de villes. Le but est de réduire de 50 à 75 % les émissions liées aux transports dans les villes partenaires. 

Cette réduction passe bien sûr par le développement des transports en commun, mais c'est aussi une question d'aménagement du territoire pour limiter les déplacements, par exemple en faisant en sorte que les personnes habitent près de leur lieu de travail. Ce projet va débuter dès l'an prochain en phase de test dans 20 villes issues de 13 pays en Afrique ou encore en Asie du sud.

Ségolène Royal: développer une voiture électrique peu chère

La question de la voiture personnelle reste posée. La voiture est et restera toujours très utilisée, et c'est de loin le plus gros émetteur. Pour rester sous la barre des deux degrés, il faut donc développer l'électrique

C'est le sens d'un appel à projet lancé ce jeudi 3 décembre par la France : un appel aux industriels pour créer une voiture électrique à moins de 7 000 dollars, une voiture populaire, la deux chevaux [du nom de la célèbre 2 CH de la marque Citroën] de la COP21, comme l'a présentée Ségolène Royal : «Aujourd’hui la voiture électrique est beaucoup trop chère. Elle n’est pas accessible au grand public, il n’y a pas de voiture populaire électrique grand public. Or, je pense que si on mobilise l’ingénierie et l’ingéniosité des constructeurs automobiles, on peut mettre sur le marché des véhicules électriques grand public, avec des locations de batterie qui vont encore baisser le prix des voitures électriques, moins grandes aussi, pour aussi gagner en mobilité dans les villes...». 

Pour Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, c'est sûr, «on va voir surgir des choses inédites qui vont complètement transformer le transport et surtout qui vont éviter aux pays émergents d’imiter ce que nous avons fait avec l’asphyxie des villes, avec des grosses voitures à énergie fossile».

Découvrez notre webdocumentaire

→ Pour aller plus loin, notre dossier Conférence de Paris sur le climat

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.