GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: la fin de vie devient une priorité du gouvernement

    media La ministe de la Santé Marisol Touraine annonce 190 millions d'euros pour un grand plan national sur la fin de vie.. REUTERS/Charles Platiau

    La ministre française de la Santé annonce 190 millions d'euros pour un grand plan national sur la fin de vie. Décliné sur deux ans, ce plan, selon Marisol Touraine, comprendra quatre priorités, parmi lesquelles la création de nouvelles équipes médicales qui se déplaceront au domicile des familles concernées par les longues maladies ou la fin de vie.

    Autour d'un enfant qui va mourir comme d'une personne âgée, il y a les médecins, les infirmières, mais aussi les familles. Si dans le cas des enfants, la plupart décèdent à l'hôpital, la majorité des adultes ou personnes âgées demandent à finir leurs jours chez eux à la maison.

    Nathalie D’Asaro Biondo, spécialiste de la vieillesse à la fondation La Croix Saint-Simon à Paris, se félicite de l'une des mesures de ce plan national : l'information et la formation des familles. « Parce que je l’ai moi-même vécu, je sais que c’est extrêmement dur, sans savoir exactement quels sont les mots, les gestes, comment, psychologiquement, supporter la douleur de ses parents, de son mari, etc. Il faut avoir autant une formation sur les premiers soins, en tout cas aider le malade dans ses soins de tous les jours, et puis surtout psychologiquement, pouvoir le soutenir, l’aider, mais aussi s’aider soi-même, ne pas tomber dans la déprime et le stress », analyse-t-elle.

    C'est une question de culture. En Espagne par exemple, les médecins, les psychologues et les associations de malades ne se rencontrent pas ou peu. D'où l'idée pour la ministre de la Santé Marisol Touraine de s'adresser très tôt aux étudiants en médecine, « avec une filière et des enseignants spécialisés dans les soins palliatifs à ce moment de la maladie où les soins ne peuvent plus rien mais où l’accompagnement peut beaucoup ».

    L'année prochaine, la prise en charge de la douleur fera l'objet d'une grande campagne diffusée à la télévision et sur les réseaux sociaux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.