COP21: les négociations s'accélèrent - France - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

COP21: les négociations s'accélèrent

media Les participants à la COP21 travaillent à la réalisation d'un projet d'accord. REUTERS/Stephane Mahe

Les négociateurs de la COP21 sont passés à la vitesse supérieure ce 4 décembre pour parvenir à un accord durable et contraignant pour limiter le réchauffement climatique à deux degrés. Après la mise en garde, il y a deux jours, de Laurent Fabius, président de la COP21, sur la lenteur des négociations, une nouvelle méthode de travail a été définie. Un projet d’accord plus ramassé que les précédents sert désormais de base.

Avec notre envoyé spécial au Bourget,  Simon Rozé

La course contre la montre continue au Bourget. Un nouveau projet d’accord compilant le résultat de toutes les négociations depuis l'ouverture de la COP21 et les propositions de compromis réalisées par les co-facilitateurs a vu le jour.

Une avancée significative pour les négociateurs qui doivent fournir un projet d’accord suffisamment élagué d’ici ce samedi midi. Un texte qui a pour objectif de guider les discussions ministérielles du 7 au 9 décembre et de mener à un accord lors du dernier jour de la COP21, le 11 décembre.

Si ce texte de compromis, salué par tout le monde, comporte quelques avancées notables, les négociations sont encore loin d’être terminées. Des points très sensibles, comme l’objectif à long terme, le financement ou encore le prix du carbone sont toujours à négocier. La différenciation des efforts à fournir est aussi considérée comme un thème crucial pour le groupe des pays en développement et le groupe Afrique.

Une partie du chemin a donc été accomplie ce vendredi mais l’heure n’est pas encore au relâchement. Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères qui préside cette COP21, a d'ailleurs mis la pression sur les négociateurs en déclarant que le « compte n'y était pas encore ».

• Retrouvez aussi notre site spécial et notre dernier webdocumentaire consacrés à la COP21.


Changement climatique : comment le monde de la finance compte s'adapter

Le réchauffement climatique incontrôlé pourrait avoir des conséquences énormes sur le secteur financier et sur l'économie mondiale. Voilà ce que disent les experts. Les régulateurs du secteur financier comptent bien s'y préparer. Ils lancent en marge de la COP21 un groupe d'experts pour évaluer les risques liés au changement climatique.

Comment orienter le système financier mondial vers une économie durable et respectueuse du climat ? C'est pour répondre à cette question posée par le G20 que le conseil de stabilité financière a eu l'idée de mettre en place un groupe d'experts, avec à leur tête Michael Bloomberg, milliardaire américain et ancien maire de New York. Ces sages devront fournir des recommandations aux banques, aux assureurs ainsi qu'aux investisseurs concernant les risques financiers liés au climat.

Les catastrophes naturelles menacent l'humanité, mais représentent aussi un coût réel pour l'économie mondiale, estime Mark Carney, président du Conseil de stabilité financière et gouverneur de la Banque d'Angleterre : « Nous pensons que le coût des dégâts provoqués par l'ouragan Sandy a été aussi important à cause de l'élévation du niveau de la mer. Le nombre de phénomènes extrêmes a triplé depuis les années 1990 et leur coût a été multiplié par 5. »

Ainsi les industriels et les investisseurs pourront-ils évaluer les risques liés aux changements climatiques sur la base des informations transparentes que leur fournira le groupe d'experts indépendants. La task force internationale devra voir le jour d'ici mars prochain.

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.