GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 11 Décembre
Lundi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    France: à deux jours des régionales, haro sur le favori FN

    media La présidente du Front national Marine Le Pen est candidate dans la grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, tandis que sa nièce Marion Maréchal-Le Pen est tête de liste en PACA. REUTERS/Pascal Rossignol

    A quelques heures du premier tour des élections régionales françaises, le Front national est donné en tête au niveau national, selon les derniers sondages. Le FN devance légèrement Les Républicains et le Parti socialiste. Une poussée de l'extrême-droite dans un contexte inédit en France, après les attaques du 13 novembre. Dans les dernières heures de campagne, chacun tente de mobiliser son électorat traditionnel pour faire barrage au parti de Marine Le Pen.

    Front uni et tirs nourris contre le Front national. Dans la dernière ligne droite de la campagne du premier tour des régionales - premier tour qui aura lieu dimanche -, les ténors de droite comme de gauche montent au créneau pour dénoncer les dangers d'une victoire potentiellement inédite pour l'extrême droite.

    Le FN est encore donné en tête du premier tour au niveau national, dans un sondage publié ce vendredi 4 décembre par le quotidien Le Parisien. Selon cette étude, le mouvement de Marine Le Pen récolte 30 % des intentions de vote, juste devant le parti Les Républicains, à 29 %. Le Parti socialiste est derrière, à 22 %.

    Le Front national pourrait l'emporter dans trois régions au second tour, en cas de triangulaire, toujours selon les sondages. Cela concerne les régions Nord-Pas-de-Calais-Picardie (nord), Provence-Alpes-Côte d'Azur (sud) et Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (est).

    Un scénario catastrophe pour l’opposition de droite, mais aussi pour la majorité, qui tire à boulets rouges contre le FN. « Une supercherie », dénonce le Premier ministre Manuel Valls. Ce dernier appelle les Français à faire des élections régionales une manifestation nationale pour la République.

    Le FN, « ce n'est pas la France, c'est la peur », martèle de son côté le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, à l'unisson d'ailleurs avec le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy.

    Dans chaque camp, même ambition : mobiliser coûte que coûte les électorats pour tenter d'infirmer les sondages. Pas gagné dans une élection qui, traditionnellement, ne passionne pas les Français.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.