GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Elections régionales en France: que faire pour le second tour?

    media Le Premier ministre Manuel Valls sur le plateau de TF1 le 7 décembre 2015. KENZO TRIBOUILLARD / POOL / AFP

    Le Premier ministre a appelé lundi soir sur la chaîne de télévision privée TF1 les électeurs à voter pour la droite en PACA, Nord-Pas-de Calais-Picardie et dans le Grand-Est pour faire barrage au Front national au deuxième tour dimanche prochain. «Je respecte leur décision mais il n'y a pas d'accord entre nous», a déclaré au même moment Nicolas Sarkozy, président du parti Les Républicains, sur la chaîne publique France 2 qui a choisi comme stratégie «ni retrait, ni fusion». Deux stratégies opposées, non dénuées d'arrière-pensées pour la prochaine présidentielle.

    Des régions FN sous sa présidence ? Ce n'est pas cette trace-là que François Hollande entend laisser dans l'Histoire. D'où le retrait sacrificiel adopté sans débat dimanche soir par les socialistes dans les régions où l'extrême droite pourrait l'emporter.

    Manuel Valls : le retrait des listes PS mais pas de mea culpa

    Manuel Valls avait fait du Front national l'ennemi à combattre lors des élections régionales. Après une campagne escamotée par les attentats du 13 novembre, le parti de Marine Le Pen est arrivé en tête du premier tour du scrutin. Un échec pour le Premier ministre qui ne s'est pas exprimé dimanche soir et a attendu 24h  pour venir plaider une nouvelle fois en faveur du Front républicain, au journal télévisé de TF1.

    Sur le plateau, le Premier ministre a commencé par prendre acte de la poussée frontiste sans en accepter tout à fait la responsabilité : « J'entends, moi, bien sûr, et depuis longtemps, la colère, les angoisses des Français sur les questions de sécurité, sur le chômage, sur l'exclusion, sur les peurs, mais je ne suis pas venu ici ce soir sur votre plateau pour m'excuser. »

    Il a ensuite tout tenté pour contraindre le candidat socialiste dans la région Grand-Est, Jean-Pierre Masseret, à retirer sa liste pour faire barrage au FN. L'enjeu de ces régionales, pour Manuel Valls, c'est de choisir entre deux visions de la France et de la République. « Dans ces moments-là, il ne faut pas s'accrocher, il faut être à la hauteur de l'enjeu [...] Moi j'assume mes responsabilités, c'est la grande différence entre nous et Nicolas Sarkoy, entre moi et Nicolas Sarkozy. » Une injonction vaine puisque Jean-Pierre Masseret a annoncé qu'il maintenait sa candidature.

    Il n'y a pas de ni-ni. Donc en région Paca, j'appelle à voter pour Christian Estrosi face à l'extrême droite ; dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, j'appelle à voter pour Xavier Bertrand face à l'extrême droite et dans la grande région Est, Alsace, Lorraine, Champagne, Ardenne, j'appelle à voter pour Philippe Richert face à l'extrême droite qui ne peut pas l'emporter.

    Les consignes de vote de Manuel Valls 07/12/2015 - par RFI Écouter

    Montrer sa crédibilité sur le terrain des valeurs, c'est pourtant la carte de Manuel Valls qui a appelé clairement à voter pour les candidats des Républicains dans les régions où ils sont les seuls à pouvoir empêcher le FN de gagner : Provence-Alpes-Côte d'Azur, le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne.

    Cette posture conforme à la tradition de la gauche française n'est pas observée par le camp de la droite : dès dimanche soir Nicolas Sarkozy rejetait lui toute fusion ou toute « combine d'appareil », comme il dit. Impensable, surtout à ses yeux d'apparaître comme l'allié des socialistes à un an et demi de la présidentielle. En renvoyant dos à dos Marine Le Pen et François Hollande, Nicolas Sarkozy entend incarner lui, et lui seul, l'alternative en 2017. Le « ni-ni » est déjà un slogan de campagne.

    Nicolas Sarkozy : Les Républicains, « seule force » d'opposition

    Alors que le chef du gouvernement socialiste s'exprime sur TF1, le leader du parti Les Républicains s'explique sur la contre-performance de la droite, au journal de 20h de France 2. Accusé d'« irresponsabilité » par Manuel Valls, NicolasSarkozy a défendu sa stratégie de l'entre-deux tours : « ni fusion, ni retrait », et a tenu à remettre les pendules à l'heure - « il faut maintenant mettre les points sur les "i" » -: non, son camp n'est pas dépassé par le Front national. Il reste même le meilleur rempart face à l'extrême droite. « La seule force politique qui peut faire opposition au Front national, ce sont Les Républicains », s'est-il exclamé.

    Racines chrétiennes de la France, identité nationale, civilisation européenne... L'ancien président multiplie les mots clés qui résonnent aux oreilles des électeurs FN : « La question du Front national, quand on dit ce n'est pas un vote républicain, ce n'est pas vrai, puisqu'ils ont le droit de se présenter. Quand on dit c'est une faute morale de voter pour eux, ce n'est pas vrai. C'est juste qu'ils vont conduire le pays et vos régions dans le désordre. »

    Pas question pour lui de débattre maintenant de sa stratégie malgré les critiques qui se font entendre dans son camp. L'heure est à la mobilisation. « La question n'est pas un problème de ligne. La question, c'est que nous arrivions tous ensemble parce qu'on a besoin de tout le monde. C'est assez complexe comme cela, de convaincre les Français qu'on peut sortir la France de la situation dans laquelle elle se trouve », a estimé l'ancien chef de l'Etat. Droit dans ses bottes, Nicolas Sarkozy se pose en recours face au FN, sans regarder en arrière, l'esprit tourné vers le second tour, en espérant regagner le terrain perdu.

    Quant à François Hollande, silencieux dans la défaite, mais pas inactif, il espère bien endosser la figure du rassembleur, plus républicain que le patron du parti Les Républicains. Car, dernier scrutin avant la présidentielle, ces élections régionales sont chargées d'arrière-pensées nationales.


    En Picardie, le désarroi des électeurs PS

    Que vont faire les électeurs PS après le retrait de leur candidat en Nord-Pas-de-Calais-Picardie ? Reportage à Roye, en Picardie, avec notre envoyé spécial Pierre Firtion.

    Voilà plus de 60 ans que Roye est aux mains des socialistes. Pourtant, ici aussi le PS a mordu la poussière dimanche au soir du premier tour des Régionales. Marine Le Pen a devancé la liste de Pierre de Saintignon de plus de 15 points.

    Aujourd'hui, les électeurs socialistes apparaissent autant désarçonnés par le score de Pierre de Saintignon que par le choix du PS de retirer sa candidature. « Je ne voterai pas pour elle, mais je ne sais pas ce que je vais faire. Je ne sais pas si je mets quelque chose, si j’en mets deux, si je n'y vais pas, si je n'en mets pas, je ne sais pas », confie Gérard.

    La consigne de voter Xavier Bertrand pour faire barrage à l'extrême droite a également du mal à passer auprès des élus socialistes. « Il faut qu’on se réunisse, qu’on en parle, mais ce n’est pas une idée qui m’enthousiasme à première vue. Quand on a entendu Nicolas Sarkozy dire : ‘Pas de fusion, pas de retrait’, et qu’on voit que les socialistes se retirent en rase campagne, ça provoque une certaine colère », fulmine Philippe Lemaire, l'un des adjoints au maire de la ville.

    Le candidat du parti Les Républicains a encore trois jours pour convaincre la grande majorité des électeurs socialistes de se rallier à sa candidature. Un pari loin d'être gagné.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.