GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Régionales: la gauche unie (presque) partout pour le second tour

    media Dans la région des Pays de la Loire, le PS et EELV ont fusionné pour le second tour des élections. JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

    Les listes pour le second tour des élections régionales ont été déposées mardi soir. A gauche, hormis le couac du candidat Jean-Pierre Masseret qui maintient sa liste dans le Grand Est et contrevient à la règle du barrage républicain, et sauf en Bretagne, où les négociations ont tourné court entre le ministre candidat Jean-Yves Le Drian et EELV, la gauche partira enfin unie avec aux côtés des socialistes, les écologistes et le Front de gauche. Et de possibles chances de reconquête grâce aux triangulaires.

    Et si les sanctionnés du premier tour devenaient les gagnants du second ? Les socialistes, arrivés troisième derrière le Front national et la droite, partent en tout cas désormais unis avec leurs alliés écologistes et du Front de gauche. Une vraie réserve de voix contrairement à la droite alliée aux centristes depuis le premier tour.

    Et qui pourrait faire la différence, espèrent-ils, dans les multiples triangulaires qui opposeront dimanche prochain la droite, la gauche et l’extrême droite. La gauche
    espère ainsi gagner entre trois et neuf régions, dix, parie même le Premier ministre, Manuel Valls, dont cinq régions qui paraissaient presque promises à la droite, notamment la Normandie, le Centre ou bien encore l'Ile-de-France.

    Reports de voix et abstention

    La percée du FN rebat là encore les cartes, même si au parti Les Républicains on parie toujours sur un gain de six à sept régions, loin néanmoins de la grande vague bleue espérée.

    Les espoirs sont grands en revanche au Front national qui, au-delà du Nord-Pas-de-Calais-Picardie et de la région PACA (sud-est), entend bien amplifier la dynamique du premier tour avec notamment en ligne de mire le Grand-Est et la Bourgogne-Franche-Comté.

    Mais à nouveau, rien n'est joué. Tout dépendra des reports de voix et de la mobilisation des abstentionnistes. Près d’un électeur sur deux ne s'est pas rendu aux urnes dimanche dernier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.